La jeune fille au carton à chapeau, le grand remplacement

By: Jean-Philippe Guedas

La jeune fille au carton à chapeau est le troisième film du réalisateur soviétique Boris Barnet. Celui- ci, né le 18 Juin 1902, aura été successivement militaire, boxeur, préparateur physique sur certains films de Eisenstein, étudiant à l’école de cinéma et acteur notamment dans Les extraordinaires aventures de M West au pays des Bolcheviks.

Le personnage principal du film est Natacha Korosteleva incarné par la radieuse Anna Sten dont le regard déroule une palette irrésistible.

Anna Sten

Anna Sten

Elle veille tendrement chez eux en campagne sur son grand-père dans de touchantes scènes familiales.

Vladimir Mikhaïlov

Vladimir Mikhaïlov

Anna Sten

Anna Sten

Pour gagner de l’argent, elle confectionne des chapeaux qu’elle va livrer régulièrement dans une boutique à la ville. C’est là qu’elle fait la connaissance de Illya Snegirev, ouvrier se retrouvant sans domicile. Elle décide de lui offrir un toit dans le logement qui lui est officiellement attribué dans la boutique de la chapelière sous couvert d’un mariage fictif. Bien entendu tous les deux vont se heurter aux manigances de ses patrons.

Ce film est un film de commande de la part du « Commissariat du peuple aux finances et propagande pour une loterie ». Ce qui  impressionne c’est de constater à quel point le scénario et la réalisation ont dépassé leur commande. Car on peut voir dans cette comédie une lutte de classes entre le couple d’ouvriers plein d’avenir qui cherche à se faire une place et ce couple bourgeois qui sent confusément le spectre du grand remplacement s’avancer. Barnet fait de tout cela une comédie pétillante, pleine de trouvailles visuelles, de mimiques d’Anna Sten ou d’une danse de boxeur d’Ivan-Koval Samborski face aux gestes patauds de Pavel Pol et la mine acariâtre de Madame Irène. Les corps impatients de la jeunesse face aux corps repus de la bourgeoisie.

anna Sten et Ivan Koval Samborski

Anna Sten et Ivan Koval Samborski

 

Pavel Pot et Serafima Birman

Pavel Pot et Serafima Birman

Ce n’est encore que le troisième film de Boris Barnet avant ce chef-d’oeuvre que constitue Au Bord de la mer bleu. Mais il y a là déjà une oeuvre admirable.

Jean-Philippe Guedas

Ouvrier. Croit aux vertus du café, du cinéma et de la littérature. Russophile autodidacte.


Jean-Philippe Guedas on Twitter

3 Comments

Laisser un commentaire

L’esprit Hajde

Les Balkans, l'Europe de l'Est et l'Europe centrale ?
Un art de vivre pour certains, une escapade pour d'autres, une illusion pour beaucoup mais surtout une passion pour nous tous.

Une passion bâtie sur des lectures, des films, des voyages, quelques liqueurs, plats, regards et baisers partagés avec des autochtones.

A travers nos écrits, notre but est simplement de mettre en lumière ces peuples, des cultures et des pays proches mais finalement méconnus.

On espère que le voyage vous plaira et si vous avez envie de faire partie de l'aventure Hajde, faites-nous signe !

Mentions légales

The Hajde spirit

Balkans, Eastern Europe, Central Europe?
A way of life for some, a short journey for other, just an illusion for many, but a passion for us, overall!

Our passion is built on readings, films, travels, a few spirits, meals, glances and kisses shared with the natives.

Throughout or writings, our goal, simply put, is to bring to light people, cultures and countries close to us, but unknown or misunderstood.

We wish you a pleasant journey. Want to join the Hajde family? You are welcome! Don't hesitate to: contact us !

Back to Top
%d blogueurs aiment cette page :