La Turquie, 10ème puissance mondiale en 2050 ?

By: La famille Hajde

16ème puissance économique du monde et 6ème puissance en Europe, la Turquie ambitionne d’arriver en 2050 dans le Top 10 des puissances mondiales et dans le Top 3 des puissances européennes. Le pays d’Atatürk peut-il réellement atteindre ces objectifs ? De quels atouts dispose-t-il ?

Aujourd’hui, la Turquie dispose d’un PIB trois fois supérieur à celui de l’Algérie, du Maroc et de la Tunisie réunis. Fin 2012, l’agence de notation Fitch a classé le pays en “Investment grade”, preuve du dynamisme de l’économie nationale. Qu’en est-il en 2019 ? Sur quoi la Turquie peut-elle jouer pour atteindre ses objectifs de puissance mondiale ?

Mosquées à Istanbul en Turquie

 

Une situation géographie privilégiée

En quelques chiffres, la Turquie c’est : 780 576 kilomètres carrés dont 3% de territoire en Europe et 97% en Asie mineure ; 8 000 kilomètres de côtes donnant sur quatre mers – la mer Egée, la mer de Marmara, la mer Méditerranée, la mer Noire – des frontières avec sept pays (Grèce, Bulgarie, Géorgie, Arménie, Iran, Irak, Syrie) ; plusieurs chaînes montagneuses et des dizaines de lacs et de fleuves. La Turquie bénéficie ainsi d’un territoire vaste et varié, ainsi que d’une position géographique privilégiée, au carrefour de l’Europe et du Moyen-Orient, de la mer Méditerranée et de la mer Noire. De plus, les voisins directs de la Turquie représentent au total près de 1,5 milliards de potentiels consommateurs à moins de quatre heures de vol d’Istanbul, capitale économique du pays.

Drapeau de la Turquie

 

Une industrie développée

L’industrialisation de l’Empire ottoman, qui deviendra plus tard la Turquie, a commencé au XVIII ème siècle. Les sultans Selim III et Mahmud Il, ont eu la volonté d’engager une modernisation de l’armée. Pour cela, ils ont grandement investi dans deux secteurs : le textile et la métallurgie. Plus tard, après un conflit d’une dizaine d’années, la République de Turquie menée par son créateur Mustafa Kemal Atatürk, se modernise. La grande industrie est alors la priorité du pays et jusqu’au milieu des années 1950, la moitié de la production industrielle en mécanique, textile et sidérurgie est assurée par des entreprises d’Etat. De plus, des lois vestimentaires notamment poussent l’industrie du textile à se développer : les hommes étant obligés de s’habiller en costume (à l’occidentale, les habits traditionnels ottomans étant interdits), les premières enseignes de prêt-à-porter apparaissent alors.

Port d’Istanbul en Turquie

L’industrialisation s’accélère davantage dans les années 1960. Le pays, resté neutre pendant la seconde guerre mondiale, n’a pas souffert matériellement du conflit cependant son économie en est ressortie fragilisée. La Turquie s’engage alors dans une politique au coût budgétaire élevé afin de promouvoir les exportations et de protéger son marché en même temps. Maintenue jusque dans les années 2000, cette politique permet aux grandes exploitations de se développer – sans pour autant bénéficier aux petits producteurs – et assure le dynamisme des industries.

La Turquie peine cependant toujours à se développer davantage. En 1980, le pays est plus fermé que la Chine et exporte moins que la Tunisie. Les efforts accumulés pendant les années précédentes n’ont pourtant pas été vains, l’industrie turque est diversifiée. Aujourd’hui, le poids industriel du pays repose essentiellement sur les secteurs de l’automobile, l’industrie agroalimentaire et le textile. La Turquie est ainsi le premier fabriquant européen de téléviseur et d’engrais chimiques, le troisième producteur européen sidérurgique et de produits de céramique, le quatrième producteur mondial de pièces détachées d’automobiles et le premier producteur mondial de noisettes et de fruits.

 

Le tourisme en Turquie : toujours en marche ?

Bien que les récents attentats ayant touché le pays ont lourdement affecté le secteur du tourisme, la Turquie est depuis longtemps une destination prisée : classé sixième destination touristique la plus populaire au monde (pour l’année 2015) et attire chaque année quelques 30 millions de visiteurs (39,4 millions en 2015 d’après le ministère de la Culture et du Tourisme turc).

Plages, marinas, sources thermales, nombre de visiteurs… La Turquie dispose de nombreux atouts qui lui ont permis de se hisser aux premières places de nombreux classements. Avec sa position privilégiée et ses paysages paradisiaques, la Turquie compte plus de 400 plages au label “Pavillon Bleu” (garant d’une bonne qualité environnementale) et se classe ainsi deuxième parmi 38 pays, devancée par l’Espagne. De plus, la Turquie est le premier pays européen en terme de sources thermales : elle en compte plus de 1 500 ! Enfin, les millions de visiteurs se rendant chaque année à Istanbul et Antalya en font respectivement la cinquième et la dixième ville la plus visitée au monde (selon l’indice 2015 de Mastercard relatif aux villes de tourisme international avec 11,8 millions et 11,1 millions de visiteurs chacune). Pour finir, Istanbul et ses 130 congrès organisés en 2014 en font la dixième destination internationale de congrès (selon le rapport 2014 du classement de l’Association internationale des congrès et conférences).

Plage à Antalya en Turquie

Depuis 2015 et la vague d’attentats qui a touché le pays, le tourisme en Turquie revient lentement. Début 2017 pourtant, les professionnels du secteur du tourisme se voulaient rassurant : les touristes reviennent progressivement. Cependant, la clientèle change et certaines villes sont fortement touchées par ce manque. Si les touristes russes, qui avaient un peu disparu depuis la crise diplomatique entre la Turquie et la Russie, sont de retour, les touristes européens, eux, ne sont plus là. Cette absence touche particulièrement la métropole d’Istanbul, où les hôtels ont plus d’un milliard d’euros de chiffre d’affaire à rattraper par rapport à 2015. A nouveau (timidement) convoitée par les européens, la Turquie reste optimiste et visait 36 millions de visiteurs pour l’année 2018. Le ministère de la Culture et du Tourisme a d’ailleurs lancé en 2015 une campagne “Turkey, home of…” (“Turquie, terre de…”), mettant en avant les nombreux atouts culturels et touristiques du pays.

 

 

L’amorce d’un développement profond

Plusieurs grands projets sont en cours et concernent de nombreux secteurs : énergie, grandes infrastructures (aéroports). On peut citer le troisième aéroport d’Istanbul, actuellement en construction, qui deviendra le plus grand aéroport du monde une fois sa construction finie (et qui compte accueillir plus de 200 millions de passagers par an).

La poursuite des réformes engagées par la Turquie, essentielles pour soutenir la croissance et la stabilité du pays, le développement des « incentives » financières et fiscales déjà bien engagé, une meilleure maîtrise de l’inflation et l’amélioration de la relation politique bilatérale sont aujourd’hui autant d’atouts pour le développement de la présence française en Turquie.

Les entreprises françaises, notamment les PME et les ETI, ont aujourd’hui en face d’elles un marché moins complexe et plus accessible :
▪️Le poids industriel du pays, qui bénéficie à l’ensemble des filières liées aux équipements, aux matériels de transport, à la transformation industrielle : textile, automobile, industrie agroalimentaire, produits blancs et bruns.
▪️Le développement de grands projets d’aménagement (autoroutes, aéroports, voies ferrées, ports, hôpitaux) dans le pays tels que les infrastructures de transport, les corridors énergétiques, le développement dans la région du sud-est.
▪️Les besoins en équipements des entreprises et des particuliers sont élevés et l’investissement des entreprises est une composante essentielle de la croissance du pays.
▪️L’évolution du niveau de vie et des habitudes de consommation de sa jeune population (la moyenne d’âge en Turquie est de 29 ans, deux tiers de la population à moins de 35 ans), qui traduit son goût pour la modernité et bénéficie aux secteurs de la maison et décoration, de l’univers de la personne, de la santé, …

La convergence du pays avec l’UE :
▪️L’accord d’Union Douanière entre la Turquie et l’Union Européenne qui favorise nos échanges commerciaux mais devrait davantage les booster.
▪️Le cadre juridique général et le nouveau code du commerce turc entré en vigueur le 1er juillet 2018 qui sont alignés sur les standards européens.
▪️Les perspectives d’adhésion à l’UE à terme qui restent une réalité et qui bénéficieront à terme aux secteurs de l’énergie, de l’environnement.

Autant d’atouts qui nous amènent à penser que la Turquie pourrait entrer dans le Top 10 des puissances mondiales à terme. Cependant, elle ne devra pas déroger aux règles élémentaires de démocratie, remises en cause ces derniers mois.

La famille Hajde
Des amis d'Hajde, qui écrivent de temps en temps... Peut-être vous bientôt.

Laisser un commentaire

L’esprit Hajde

Les Balkans, l'Europe de l'Est et l'Europe centrale ? Un art de vivre pour certains, une escapade pour d'autres, une illusion pour beaucoup mais surtout une passion pour nous tous. Une passion bâtie sur des lectures, des films, des voyages, quelques liqueurs, plats, regards et baisers partagés avec des autochtones. A travers nos écrits, notre but est simplement de mettre en lumière ces peuples, des cultures et des pays proches mais finalement méconnus. On espère que le voyage vous plaira et si vous avez envie de faire partie de l'aventure Hajde, faites-nous signe ! Mentions légales Abonnez-vous à la newsletter !

The Hajde spirit

Balkans, Eastern Europe, Central Europe? A way of life for some, a short journey for other, just an illusion for many, but a passion for us, overall! Our passion is built on readings, films, travels, a few spirits, meals, glances and kisses shared with the natives. Throughout or writings, our goal, simply put, is to bring to light people, cultures and countries close to us, but unknown or misunderstood. We wish you a pleasant journey. Want to join the Hajde family? You are welcome! Don't hesitate to: contact us !

Contacter l’équipe

Retour en Haut