Les chroniques de Léa : Le brave soldat Chveïk, de Jaroslav Hašek

By: Léa Yasmine Djenadi

Poursuivons aujourd’hui nos découvertes littéraires d’Europe Orientales avec le soldat Chveïk, (Švejk en tchèque), qui nous décrit les aventures satiriques d’un soldat tchèque réformé pour crétinerie congénitale à l’époque de la Grande Guerre et de la domination austro-hongroise

« Nous sommes tous des Tchèques, mais il vaut mieux le garder pour nous. »

Le brave soldat Chveïk est un roman qui m’a laissée perplexe. Cela est peut-être dû à sa forme. Publié à la base sous forme d’épisodes, le binge reading de ce livre peut vous faire passer à côté de son comique pince-sans-rire. En effet, Chveïk, réformé pour crétinerie – et accusé dans le même temps de simulation de crétinerie – enchaîne les aventures rocambolesques. Le livre s’ouvre avec l’arrestation de Chveïk et de son tenancier de bar favori pour avoir retourné le portrait de l’archiduc face contre mur afin que les mouches ne chient plus dessus. On ne sait pas vraiment si on doit rire de Chveïk ou de la bureaucratie absurde qui va s’acharner contre lui. De là, il passera avec un mécanisme bien huilé par l’administration en prison, en asile, de nouveau en prison, à l’armée, à l’office religieux, en prison, à l’armée de nouveau… Et Chveïk s’en sort toujours grâce à sa naïveté absolue qui vient déstabiliser la bureaucratie paranoïaque.

L’arrestation du soldat Chveïk – Crédit : Øyvind Holmstad/CC 3.0

Lorsqu’on lui demande de signer une déclaration statuant qu’il aurait tué François Ferdinand, il accepte car qui est-il pour remettre en question la grande efficacité des investigations policières de l’empire ? La provocation de Chveïk se situe dans sa docilité absolue face à l’autorité et c’est à mourir de rire. La dénonciation des systèmes (militaire, religieux, administratif…) par l’absurde a fait ses preuves dans la littérature et certains érige Chveïk au rang de héros, à côté de son comparse du procès de Kafka. Le symbole de la résistance passive qui vient faire dérailler la machine car qui trop bien obéit vient finalement tout foutre en l’air. Si tout le monde signe des aveux pour l’assassinat de François Ferdinand, alors combien de contestataires compte en réalité l’empire austro-hongrois… ? C’est dans le même temps un jeu risqué puisque l’oppresseur peut aussi décider de mettre tout le monde sur la potence. Elle est ainsi la dénonciation du brave soldat Chveïk : aussi opaque que le système.

Chveïk, un homme de son temps ?

En effet, le brave soldat Chveïk est-il vraiment un imbécile heureux, ou un sage rebelle qui sait user et abuser son monde pour survivre face à la machine de guerre de 1914 ? Car au milieu du roman, Chveïk devient soudainement l’instigateur de ses propres péripéties. Il ment, il magouille, il prépare des stratagèmes, il manipule. Anticiper c’est contradictoire avec l’absurde et le roman en lui-même perd de sa saveur. Comme dit précédemment, cela peut être dû au fait que le brave soldat Chveïk était publié sous forme d’épisode et ce changement de ton paraît moins abrupt avec une distance de lecture.

D’autres y verront des dénonciations plurielles. Dans les premières aventures le système est dénoncé par l’absurde. Dans les aventures suivantes, Chveïk incarne une forme de nihilisme et cherche à obtenir son propre confort. La satire ici se porterait plus sur la colonisation en elle-même : le peuple opprimé ne se doit aucune loyauté envers l’empire et l’use à son avantage. Après tout le brave soldat Chveïk n’est plus ni brave ni soldat et n’en devient que Chveïk. Donc tchèque, à l’orée d’une indépendance possible…

Un roman s’écrit également dans un contexte. Et Hašek, le créateur de Chveïk, a ancré son roman dans les références de son époque. Ainsi ce livre peut-il aussi parfois perdre de son universalisme et s’offrir à plusieurs interprétations. Des aventures qui pouvaient paraître limpide à une époque peuvent nous paraître opaque, encore plus avec un œil occidental.

Le soldat Chveïk buvant une bière – fresque d’un restaurant praguois

Comment lire Chveïk ?

En effet, en France il est dans notre culture littéraire de saisir l’essence d’une œuvre au travers de son abstraction. Le message compte plus que le contexte. Les tchèques sont beaucoup plus sensibles au lien entre vérité de l’œuvre et vérité de l’auteur. Pour eux, le message est indissociable du contexte. Et le contexte lui-même est indispensable de la langue. Alors lire Chveïk en français, c’est forcément faire l’impasse sur une grande substance de l’œuvre. D’autant plus que nous n’avons jamais été une langue dominée… En effet dans l’armée même dans les années 20, les jeunes soldats s’amusaient à reprendre les obséquieuses expressions du brave Chveïk pour répondre à leurs officiers, dont la fameuse « Je déclare avec obéissance que… » (pas moins de 100 occurrences dans le roman !). L’armée a répondu en censurant tout simplement la lecture du livre durant tout l’exercice du service militaire.

La mise en abîme entre le roman et ce qu’il raconte trouvera son apogée sous le régime communiste. Ce qu’il dénonce est évidemment incompatible avec le gouvernement mais Jaroslav Hasek a lui-même rejoint l’armée rouge durant la grande guerre. Et voilà que l’un des romans les plus absurde qui soit, roman qui s’ouvre sur des mouches qui chient sur un tableau officiel et se clôt par le vol d’un chien, se trouve rangé dans la catégorie « réalisme socialiste ». La vie plus grosse que la fiction, Chveïk n’aurait pas rêvé mieux comme sujet de discussion à la taverne.

Léa Yasmine Djenadi

Laisser un commentaire

L’esprit Hajde

Les Balkans, l'Europe de l'Est et l'Europe centrale ?
Un art de vivre pour certains, une escapade pour d'autres, une illusion pour beaucoup mais surtout une passion pour nous tous.

Une passion bâtie sur des lectures, des films, des voyages, quelques liqueurs, plats, regards et baisers partagés avec des autochtones.

A travers nos écrits, notre but est simplement de mettre en lumière ces peuples, des cultures et des pays proches mais finalement méconnus.

On espère que le voyage vous plaira et si vous avez envie de faire partie de l'aventure Hajde, faites-nous signe !

Mentions légales

The Hajde spirit

Balkans, Eastern Europe, Central Europe?
A way of life for some, a short journey for other, just an illusion for many, but a passion for us, overall!

Our passion is built on readings, films, travels, a few spirits, meals, glances and kisses shared with the natives.

Throughout or writings, our goal, simply put, is to bring to light people, cultures and countries close to us, but unknown or misunderstood.

We wish you a pleasant journey. Want to join the Hajde family? You are welcome! Don't hesitate to: contact us !

Contacter l’équipe

Back to Top
%d blogueurs aiment cette page :