Sabiha Gökçen, la première aviatrice du monde est turque

By: Charlyne Thiery

Ceux d'entres vous qui ont déjà visité Istanbul connaissent certainement ce nom car il s'agit de celui du deuxième aéroport international de la ville. Mais savez qui est Sabiha Gökçen ? Première aviatrice au monde, première pilote de guerre de formation militaire, fille adoptive de Mustafa Kemal Atatürk... Retournons ensemble sur son histoire.

De Bursa à l'école militaire

Sabiha est née en 1923 dans la ville de Bursa, au Nord-Est de la Turquie. Orpheline très jeune, elle est éduquée par son grand-frère jusqu'à ce qu'elle croise le chemin du père de la Turquie moderne, Mustafa Kemal Atatürk, en 1925.

En visite à Bursa lors d'un voyage officiel, le Président de la jeune République de Turquie est sollicité par Sabiha, âgée de douze ans. Celle-ci lui demande de l'aide pour poursuivre son éducation dans une bonne école. Attendri par son histoire, Mustafa Kemal prend l'enfant sous son aile, avec l'accord de sa famille, et l'emmène avec lui - comme il le fait pour plusieurs autres enfants rencontrés pendant ses voyages - à Ankara, capitale du pays.

Au début des années 1930, le port de noms de famille n'est pas habituel en Turquie ; des titres honorifiques sont donnés à certaines personnes selon leur importance dans la société, jusqu'à ce qu'une loi les rende obligatoires en 1934 - la même année, le droit de vote est accordé aux femmes. Mustafa Kemal devient ainsi "Atatürk", "Père de la nation" et Sabiha, alors uniquement appelée par son prénom, devient Sabiha "Gökçen", "du ciel ". Son destin est déjà tracé.

Le plan de modernisation de la Turquie engagé par Atatürk fait de l'aviation militaire l'une des priorités du pays. La légende raconte que Sabiha Gökçen était présente aux côtés de son père adoptif lors de la cérémonie d'ouverture d'une nouvelle école militaire, l'école d'aviation de Türkkușsu ("l'oiseau turc"). Elle aurait déclaré être fascinée par les démonstrations aériennes, elle devient plus tard la première élève de sexe féminin de cette école, qui n'acceptait alors que des hommes.

La première aviatrice de guerre

Après avoir obtenu sa licence d'aviation, Sabiha Gökçen s'entraine sans relâche pour devenir une pilote de guerre. Envoyée en Union soviétique au côté de sept autres élèves, tous des hommes, elle est ensuite inscrite à l'Académie d'aviation militaire de Turquie. A la fin des années 1930, Sabiha Gökçen effectue son premier vol en solo et devient un nouveau modèle pour les femmes turques, caractérisée par la presse comme une emblème des nouveaux droits des femmes en Turquie.

Sabiha Gökçen participe a de nombreux conflits, notamment dans la province kurde de Tunceli - alors appelée Dersim - en 1937, ou elle effectue une mission de combat en solo. En 1938, elle participe aussi a une mission de paix autour des Balkans, largement couverte par la presse internationale, dont le but est de promouvoir l'image de la Turquie et des femmes turques. Elle s'arrête dans les capitales de la Bulgarie, de la Grèce, de la Roumanie et de ce qui est alors la Yougoslavie mais rentre prématurément en Turquie, inquiétée par l'état de santé d'Atatürk. Son père adoptif meurt des suites d'une maladie alors que la jeune femme n'a que 25 ans.

A la fin de sa carrière, Sabiha Gökçen occupe le poste de directrice de l'école d'aviation qu'elle avait fréquenté, l'école de Türkkușsu, puis devient Lieutenant dans l'armée de l'air turque. Elle effectue son dernier vol en 1996, aux côtés de Daniel Acton, un français, à bord d'un Falcon 2000.

En 2001, son nom est donné au deuxième aéroport international d'Istanbul. C'est la première fois qu'un aéroport prend le nom d'une femme en Turquie. Sabiha Gökçen meurt quelques moins plus tard, le 22 mars 2001 à Ankara. Elle était l'un des derniers membres vivants de la famille (directe) d'Atatürk.

Au cours de sa carrière de pilote de guerre, plusieurs médailles et prix internationaux furent remis à Sabiha Gökçen. Elle a notamment été décorée par l'aviation turque, la Fédération internationale d'aviation, l'armée roumaine ou encore les Etats-Unis ; ce sont au total plus de 30 médailles, plaques et prix qui lui ont été dédiés. Une médaille a son nom a même été créée en 2002 par la Fédération aéronautique internationale pour récompenser les femmes ayant accompli des exploits dans les sports aériens.

Vous l'aurez compris, Sabiha Gökçen est une figure remarquable de la lutte pour le droit des femmes dans le monde entier. Si son combat a été aérien, son travail lui a permis de se hisser au sommet d'un milieu alors réservé aux hommes. En plus d'avoir été la première aviatrice de guerre au monde, Sabiha a été désignée comme l'une des 20 pilotes les plus reconnus de l'histoire de l'aviation par la Maxwell Air Force Base, les 19 autres nommés ne sont que des hommes, elle est aussi la première femme a avoir volé plus de 8000 heures (dont plus de 32 heures en combat) et la première élève féminine de l'école d'aviation qu'elle a ensuite dirigé. En d'autres termes, Sabiha Gökçen est une femme exceptionnelle.

Charlyne Thiery
Co-rédactrice en chef
Master Communication Politique et Institutionnelle à Sciences Po Grenoble. Ex-Erasmus à Vilnius, amoureuse du voyage et de la Turquie.

Laisser un commentaire

L’esprit Hajde

Les Balkans, l'Europe de l'Est et l'Europe centrale ?
Un art de vivre pour certains, une escapade pour d'autres, une illusion pour beaucoup mais surtout une passion pour nous tous.

Une passion bâtie sur des lectures, des films, des voyages, quelques liqueurs, plats, regards et baisers partagés avec des autochtones.

A travers nos écrits, notre but est simplement de mettre en lumière ces peuples, des cultures et des pays proches mais finalement méconnus.

On espère que le voyage vous plaira et si vous avez envie de faire partie de l'aventure Hajde, faites-nous signe !

Mentions légales

The Hajde spirit

Balkans, Eastern Europe, Central Europe?
A way of life for some, a short journey for other, just an illusion for many, but a passion for us, overall!

Our passion is built on readings, films, travels, a few spirits, meals, glances and kisses shared with the natives.

Throughout or writings, our goal, simply put, is to bring to light people, cultures and countries close to us, but unknown or misunderstood.

We wish you a pleasant journey. Want to join the Hajde family? You are welcome! Don't hesitate to: contact us !

Contacter l’équipe

Back to Top
%d blogueurs aiment cette page :