Espoirs Baltes aux jeux olympiques de Pyeongchang

By: Luc Bouchaud

Les 23e jeux olympiques d’hiver se tiendront à Pyeongchang à partir du 9 février. Si dans l’imaginaire collectif la Lituanie, la Lettonie et l’Estonie sont des pays froids où il neige souvent, cela ne se traduit pas vraiment en termes de palmarès olympique.

Ainsi, la Lituanie n’a jamais remporté la moindre médaille lors des olympiades d’hiver depuis 1990. Cette année encore, l’espoir de débloquer enfin le compteur à médailles semble mince. Les perspectives de l’Estonie ne sont guère plus enthousiasmantes, le temps où quelques fondeurs comme Kristina Smigun ou Andrus Veerpalu régnaient sur le ski de fond semble révolu.

La quasi-totalité de la pression sportive repose donc sur la Lettonie qui sera représentée par 34 sportifs et en particulier par les férus de vitesse dans le triptyque skeleton – Bobsleigh – Luge. Ceci est sûrement dû au fait que la Lettonie bénéficie d’une infrastructure de qualité pour ces sports de glisse avec la piste de Sigulda à une cinquantaine de kilomètres de Riga. Construite en 1986, cette piste de 16 virages est le fruit d’une longue tradition de sports de glisse dans la région, où, dès la fin du XIXe siècle, la famille Kropotkin avait construit une voie de glace pour luge de près d’un kilomètre.

La piste olympique de luge de Sigulda, Lettonie – Crédit : Guntars Mednis/CC 3.0

En skeleton, les frères Dukurs, Martins et Thomass sont clairement pressentis pour revenir avec des médailles. Second à Sotchi en 2014, derrière Alexander Tetiakov déclassé en raison des affaires de dopage qui touchent les athlètes russes, Martins tentera de garnir son armoire à trophées déjà bien remplie par deux titres de champion du monde. Il sera parmi les favoris mais devra malgré tout se défaire du coréen Yun Sung-Bin, leader sur la saison 2017-2018 qui aura à cœur de gagner à domicile. Son frère Thomass, actuellement 3e au classement de la coupe du monde sera également un solide candidat au podium.

Chez les femmes ce sera en revanche plus difficile pour Lelde Priedulena qui n’apparaît qu’à la 12e place au classement féminin de la saison 2017/2018.

Oskars Kibermanis (à droite) en compagnie de la porte parole du parlement letton en 2015 – Crédit : Ernests Dinka, Saeimas Kanceleja/CC 2.0

D’autres possibilités de médailles arriveront également dans les virages des tunnels de glaces d’Alpensia où, en bobsleigh, le pilote Oskars Kibermanis et son équipage seront des outsiders que l’on pourrait retrouver sur le podium, que ce soit en bob à 2 ou à 4.

Toujours avec des bolides sur glace, mais les pieds en avant cette fois-ci, les lugeurs lettons auront également toutes leurs chances d’accéder à des médailles olympiques. Les frères Sics en luge biplace semblent les mieux armés des baltes pour monter sur le podium dans cette discipline.

Le relais mixte sera également à suivre après avoir prit une très belle seconde place sur la manche de coupe du monde d’Oberhof. En simple, chez les hommes Kristers Aparjods peut lui aussi espérer tirer son épingle du jeu.

Andrejs Rastorgujevs en 2017 – Crédit : Uploader/Wikimedia Commons/ CC 4.0

Enfin une autre possibilité de médaille existe pour la Lettonie en Biathlon où Andrejs Rastorgujevs rapide sur les skis peut envisager un podium s’il arrive à tirer correctement. Dans la même discipline Baiba Bendika pourrait bien figurer après un bon début d’année 2018 même si le podium paraît inaccessible.

La Lituanie n’enverra qu’un contingent réduit de seulement 9 athlètes à Pyeongchang, dans 3 disciplines : le biathlon, le ski nordique, et le ski alpin. Pas la peine de se faire d’illusions, une médaille lituanienne relèverait du miracle. Preuve s’il en fallait qu’en Lituanie on ne croit pas à de bons résultats en Corée du Sud, la presse lituanienne préfère consacrer une large part de l’actualité olympique aux affaires de dopage touchant la Russie.

Les estoniens, eux, seront plus nombreux, 22 au total. Néanmoins les espoirs de médailles sont très faibles. Kristjan Ilves (photo) en combiné nordique parait être le seul mince espoir pour l’Estonie de ramener une breloque de Corée du Sud suite à ses bonnes performances sur la dernière étape de coupe du monde. Mais les estoniens, comme les lituaniens, se rassureront en se remémorant que selon le Baron Pierre de Coubertin, l’important, c’est de participer.

Luc Bouchaud

Laisser un commentaire

L’esprit Hajde

Les Balkans, l'Europe de l'Est et l'Europe centrale ?
Un art de vivre pour certains, une escapade pour d'autres, une illusion pour beaucoup mais surtout une passion pour nous tous.

Une passion bâtie sur des lectures, des films, des voyages, quelques liqueurs, plats, regards et baisers partagés avec des autochtones.

A travers nos écrits, notre but est simplement de mettre en lumière ces peuples, des cultures et des pays proches mais finalement méconnus.

On espère que le voyage vous plaira et si vous avez envie de faire partie de l'aventure Hajde, faites-nous signe !

Mentions légales

The Hajde spirit

Balkans, Eastern Europe, Central Europe?
A way of life for some, a short journey for other, just an illusion for many, but a passion for us, overall!

Our passion is built on readings, films, travels, a few spirits, meals, glances and kisses shared with the natives.

Throughout or writings, our goal, simply put, is to bring to light people, cultures and countries close to us, but unknown or misunderstood.

We wish you a pleasant journey. Want to join the Hajde family? You are welcome! Don't hesitate to: contact us !

Contacter l’équipe

Back to Top

Abonne-toi !

%d blogueurs aiment cette page :