« La marche de l’Indépendance » ou le patriotisme malade

By: Estelle Lapp

Le 11 Novembre est un jour capital pour les polonais : tel le phénix, il marque la renaissance de l’État en 1918, après plus d’un siècle de dispersion de la nation polonaise entre les Empires russes, Autro-hongrois et Allemand. Le peuple polonais ne manque pas de manifester chaque année sa fierté et son attachement à la patrie et à son drapeau. Dès la veille, on a vu chaque immeuble hisser les couleurs nationales, les places sont couvertes de drapeaux, des chants patriotiques sont entonnés des heures durant par la foule rassemblée, enthousiasmée par le traditionnel défilé militaire. Et comme chaque année depuis la fin du régime communiste en 1989, les polonaises et polonais se rejoignent pour la « Marche de l’Indépendance ». Mais cette année, la marche annuelle a interpellée la presse internationale. Des plus factuels relatant seulement les faits, certains journaux, de l’Espagne à Israël, se sont ému d’une prétendue vague fascisante-néo-nazie en Pologne.

Cette année, la tête du cortège était tenue par des groupes et associations d’extrême droite, telle « Les jeunesses polonaises » - dont le nom ne manquera pas d’évoquer de sombres démons nazis - qui se félicitait d’avoir organisé « la plus rassemblement de patriotes en Europe ». Des slogans pour le moins explicites ont été scandés : « Pour une Pologne blanche » ; « Pour une Pologne pure » ou encore « Nous voulons Dieu » - entendez celui des catholiques. Et d’exhiber fièrement des caricatures principalement anti-islam, identifiant les musulmans aux félons s’introduisant en Europe par un cheval de Troie.
Selon le ministère de l’intérieur Polonais, près de 60 000 personnes ont suivis la manifestation. Nos médias nationaux se sont aussitôt enflammés : la Pologne, un pays raciste !

Mais refusons ici le manichéisme simpliste : non, ces 60 000 personnes ne sont pas tous des Néo-nazis en puissance ou assumés Une large majorité des manifestants se rassemblaient comme chaque année pour la fierté de leurs couleurs, pour se sentir un peuple uni par une histoire, une nation. Notre rapport français toujours délicat au patriotisme biaise l’analyse polonaise. Les polonais sont une nation mainte fois niée, mainte fois dispersée au cours de l’histoire. Le besoin d’exister et de survivre entre la puissance russe à l’est, allemande à l’ouest et autrichienne au sud ne semble exprimable que ce jour précis de l’Indépendance, un véritable jour d’Union Nationale. La plus part des manifestants a défilé dans le calme, venus simplement signifier l’attachement à leur patrie et se sentir soudés.

Désormais, et si ce n’était pas déjà fait, la Pologne est condamnée comme un pays de peuplée de « fachos ». « Le monde a vu la race blanche de la Pologne » titrait le 12 novembre 2017 Gazeta Wyborcza, un des principaux titre d’opposition. Et le journaliste d’accuser la passivité du gouvernement, qui « depuis deux ans a libéré les démons nationalistes ».

En effet, tout le monde a noté l’absence de réaction du gouvernement sur l’événement. Ni support, ni condamnation. Aucun élu ou représentant du parti majoritaire Droit et Justice n’a pris part au défilé. Pour autant, le ministre de l’Intérieur, Mariusz Błaszczak, interpellé, s’est contenté de déclarer que la journée s’était « déroulé dans une atmosphère très plaisante. Nous avons pu voir nos couleurs nationales, c’était magnifique ». Et le porte parole du Gouvernement de renchérir : « l’attachement à notre patrie et à notre peuple compte par dessus tout et devrait être au-delà de nos divisions idéologiques et nos vues politiques ».

Ce n’est donc pas le gouvernement ultra-conservateur de Beate Szydło qui va condamner les débordements néo-nazis. Devant la montée de la pression médiatique et diplomatique, notamment venue de l’Union européenne, le Président de la République Polonaise, Andrzej Duda a finit par s’inquiéter du racisme galopant dans la société polonaise, après deux longs jours. Dans une déclaration officielle, il assène qu’il n’y a « pas de place pour la xénophobie, pour un nationalisme malade ou l’antisémitisme ». Mais trop tard, le mal est fait.

La Pologne semble inexorablement happée dans le tourbillon du nationalisme et du conservatisme. La faute à une Eglise Catholique ultra-puissante qui jouit toujours de l’aura éblouissante de Jean-Paul II, héros national conservateur qui s’est battu contre le régime Communiste. La faute à un gouvernement idéologisé, qui refuse et nie tout ce qui va à l’encontre de son prestige national et de son messianisme historique.

L’une de mes professeures à l’Université me confiait que Jarosław Kaczinski, leader du Parti Droit et Justice, est beaucoup plus inquiétant qu’un Viktor Orban, Premier Ministre hongrois et grand théoricien de la ‘Démocratie Illibérale’ : « Viktor Orban est un pragmatique, même s’il défend fermement ses intérêts propres, il est ouvert à la discussion. Alors que Kaczinski est un idéologique, il n’a de but que de flatter la grandeur et la puissance polonaise, essentiellement dans des buts électoraux. L’ensemble de la politique intérieure et extérieure du gouvernement polonais doit être compris comme au service de l’identité polonaise et de sa puissance, voire de sa supériorité sur les autres peuples ». L’extrême droite polonaise a de beaux jours devant elle.

Estelle Lapp

Laisser un commentaire

L’esprit Hajde

Les Balkans, l'Europe de l'Est et l'Europe centrale ?
Un art de vivre pour certains, une escapade pour d'autres, une illusion pour beaucoup mais surtout une passion pour nous tous.

Une passion bâtie sur des lectures, des films, des voyages, quelques liqueurs, plats, regards et baisers partagés avec des autochtones.

A travers nos écrits, notre but est simplement de mettre en lumière ces peuples, des cultures et des pays proches mais finalement méconnus.

On espère que le voyage vous plaira et si vous avez envie de faire partie de l'aventure Hajde, faites-nous signe !

Mentions légales

The Hajde spirit

Balkans, Eastern Europe, Central Europe?
A way of life for some, a short journey for other, just an illusion for many, but a passion for us, overall!

Our passion is built on readings, films, travels, a few spirits, meals, glances and kisses shared with the natives.

Throughout or writings, our goal, simply put, is to bring to light people, cultures and countries close to us, but unknown or misunderstood.

We wish you a pleasant journey. Want to join the Hajde family? You are welcome! Don't hesitate to: contact us !

Back to Top
%d blogueurs aiment cette page :