Roumanie : l’arrivée de migrants interroge et divise

By: Ninnog Louis

« Les réfugiés arrivent : La Roumanie renforce son niveau d'alerte », « Ils arrivent par centaines de Syrie » : le ton est alarmiste dans les médias roumains. Le 9 septembre, un bateau de pêche transportant plus de 200 migrants originaires d'Irak et d'Iran a été intercepté par les garde-côtes roumains à proximité de Mangalia (sud-est). La semaine précédente, une autre embarcation transportant 87 personnes a atteint les côtes roumaines de la Mer Noire. Depuis la mi-août, quatre bateaux de migrants en provenance de Turquie ont atteint la Roumanie.

Deuxième pays le plus pauvre de l'UE, le pays a été jusqu'ici épargné par les crises migratoires successives. À l'écart des principaux chemins de l'exil et hors de l'espace Schengen, il n'accueille actuellement que quelques centaines de demandeurs d'asile. Ici, c'est plutôt l'émigration qui agite les esprits.

Depuis 1989, la Roumanie a perdu deux millions d'habitants et rares sont les familles qui n'ont pas un fils, une soeur ou un père en Allemagne ou aux Etats-Unis. De nombreux jeunes partent à l'étranger une fois leur diplôme en poche, avec des perspectives de retour floues. L'hémorragie touche particulièrement les jeunes médecins, découragés par les bas salaires, la corruption et le mauvais état des hôpitaux. Les roumains ne s'étonnent donc guère de intérêt limité des migrants pour leur pays et préfèrent en rire. Ils racontent volontiers que pendant l'été 2015, un groupe de migrants traverse par mégarde la frontière. Rencontrant un policier, ils lui demandent où ils se trouvent. « En Roumanie, bienvenue chez nous ! ». Les réfugiés éclatent alors en sanglots : « En Syrie, on nous a dit : tout sauf la Roumanie ».

 

Pays d'exil plutôt que d'accueil, la Roumanie s'oppose dans un premier temps à la mise en place des quotas obligatoires d'accueil des migrants arrivés en Grèce ou en Italie. Ayant depuis accepté le mécanisme européen, elle propose en août 2017 d'accueillir deux mille demandeurs d'asile, en plus des sept cent déjà présents dans le pays. Cette décision n'a pas soulevé de réel débat dans le pays, d'autant plus que peu de réfugiés souhaitent s'installer en Roumanie.

L'arrivée médiatisée de ces bateaux, ainsi que l'entrée illégale via la Serbie de 1 200 personnes ces derniers mois, pourrait changer la donne. Les roumains n'ont aucune expérience de l'immigration extra-européenne, et la peur commence à transparaître dans certains articles de presse ainsi que sur Internet. On évoque la pauvreté des migrants, leurs différences culturelles, l'éventuelle présence de terroristes parmi eux... Et parfois, l'écho à sa propre histoire. « De nombreux roumains ont vécu d'une façon ou d'une autre exactement ce que [ces migrants] vivent actuellement » rappelle le psychologue Catalin Ilie. « Des milliers d'entre nous sont partis. Nous avons également fui la pauvreté. Et tous les roumains n'ont pas été corrects dans les pays où ils se sont installés. » Et de conclure : « De toute manière, ils n'ont aucune intention de s'installer en Roumanie, ils veulent prendre la route de l'Occident ». Pas suffisant pour rassurer les autorités, qui craignent que le pays devienne la nouvelle route des réfugiés vers l'UE.

Image de couverture : Arrivée des migrants. Photo : Jérôme Cid

Ninnog Louis
Etudiante à SciencesPo, actuellement en Erasmus en Roumanie à la découverte des Carpates et de l'histoire roumaine.

Laisser un commentaire

L’esprit Hajde

Les Balkans, l'Europe de l'Est et l'Europe centrale ?
Un art de vivre pour certains, une escapade pour d'autres, une illusion pour beaucoup mais surtout une passion pour nous tous.

Une passion bâtie sur des lectures, des films, des voyages, quelques liqueurs, plats, regards et baisers partagés avec des autochtones.

A travers nos écrits, notre but est simplement de mettre en lumière ces peuples, des cultures et des pays proches mais finalement méconnus.

On espère que le voyage vous plaira et si vous avez envie de faire partie de l'aventure Hajde, faites-nous signe !

The Hajde spirit

Balkans, Eastern Europe, Central Europe?
A way of life for some, a short journey for other, just an illusion for many, but a passion for us, overall!

Our passion is built on readings, films, travels, a few spirits, meals, glances and kisses shared with the natives.

Throughout or writings, our goal, simply put, is to bring to light people, cultures and countries close to us, but unknown or misunderstood.

We wish you a pleasant journey. Want to join the Hajde family? You are welcome! Don't hesitate to: contact us !

Back to Top
%d blogueurs aiment cette page :