Lituanie : le basket, plus qu’un sport, une religion

By: Hérine Rico

Si en France le football est considéré comme sport national, le basket-ball représente une véritable religion pour la Lituanie. Avec seulement 3 millions d’habitants, le pays a remporté, depuis sa première médaille d’or en 1937 au Championnat d’Europe, pas loin de 2 médailles d’or supplémentaires, 3 médailles d’argent et 3 médailles de bronze aux Jeux Olympiques. Palmarès inestimable pour un pays marqué par l’occupation soviétique, déportations d’opposants politiques en Sibérie et tyrannies du KGB. Revenons ensemble sur l’âge d’or du basket-ball lituanien.

Les prémices du basket-ball : 1920

Les premières traces du « ballon orange » en Lituanie remontent au milieu des années 1920. La première équipe internationale lituanienne joua son premier match contre ses voisins lettons, à Riga en 1925. Durant quelques années et à plusieurs reprises, la Lituanie s’avoua vaincue, reléguant le basket-ball à un sport secondaire, pratiqué seulement en été par manque d’équipement d’intérieur adapté.

Championnat d’Europe et médaille d’or

Les Lituaniens fixent à 1937 le début de leur histoire passionnée avec le basket-ball. Coaché par le joueur Pranas Lubinas – lituano-américain présent en NBA, aussi connu sous le nom de Frank Lubin aux États-Unis – l’équipe nationale remporte pour la première fois le Championnat d’Europe, exploit qui se répète deux ans plus tard. Dès lors, le basket-ball devient un symbole de réussite, de victoire et permet à la Lituanie de revendiquer fièrement ses origines et ses couleurs. Lors de la victoire de 1939 à Riga, des bains de foule accueillent les joueurs du Championnat. Ils mettent des dizaines d’heures pour rentrer chez eux, s’arrêtant dans chaque village pour clamer leur victoire devant une population en adoration. Le basket-ball est alors synonyme de fierté nationale.

Rupture sous l’occupation soviétique

Fondée en 1936, la Fédération Lituanienne de Basket-ball - Lietuvos Krepšinio Federacija – fut suspendue pendant l’occupation Soviétique. Le championnat d’Europe de 1941 aurait dû se dérouler en Lituanie, mais l’occupation russe à partir de 1940 empêcha le déroulement du tournoi et causa la disparition de la Lituanie du monde du basket. S’ensuivirent 50 années d’invasions par les troupes staliniennes, marquées par des atrocités inhumaines et autres déportations. L’URSS usait alors de tout son pouvoir pour contrôler le pays, s’appropriant les meilleurs joueurs lituaniens pour porter le maillot rouge de l’Union Soviétique. Dans les années 80, la moitié des joueurs de l’équipe russe étaient d’origine lituanienne.

Restauration de l’indépendance

Après la restauration de l’indépendance en Lituanie, l’envie de créer une nouvelle équipe, plus forte que jamais, était inestimable. Les 4 piliers de l’équipe de l’Union Soviétique 1988, Sabonis, Marčiulionis, Chomičius, et Kurtinaitis, exprimèrent le désir de fonder cette équipe. Soutenus par la Fédération Lituanienne de Basket-ball, Šarūnas Marčiulionis – premier joueur issu de l’URSS à jouer en NBA pour les Golden State Warriors – entreprit des recherches pour lever des fonds afin de participer aux Jeux Olympiques de 1992 à Barcelone.

En effet, l’après-guerre entraîna des difficultés financières pour le pays entier, obligeant les joueurs à se financer eux-mêmes. Après une apparition dans le San Francisco Chronicle, le groupe de rock The Grateful Dead fut touché par l’histoire de ces joueurs lituaniens prêts à tout pour porter les couleurs de leur pays, et décidèrent de leur apporter une aide financière. Ils offrirent 5 000$ à Marčiulionis ainsi que la confection des tee-shirts aux couleurs du pays. Symbole de lutte pour la vie et la liberté, ce tee-shirt représentait un squelette en train de marquer un panier, surnommé « Skully », il symbolisait la renaissance de la Lituanie, de ses cendres vers la victoire.

« Krepšinis »

Les Jeux Olympiques de Barcelone en 1992 représentent le renouveau du basket-ball lituanien. Le pays porte avec fierté les couleurs de l’indépendance et brandit à nouveau le drapeau tricolore jaune, vert et rouge pour lequel le peuple entier s’est battu. Après un parcours impressionnant, mené par le « golden trio » Sabonis, Marčiulionis, and Kurtinaitis, la Lituanie remporte la médaille de bronze. Cette victoire ne fut pas seulement sportive, elle devint un symbole de liberté et permit à la Lituanie de s’imposer en tant que pays libre. Dès lors, la Lituanie participa à chaque tournoi international et s’imposa comme un réel concurrent face à ses adversaires.

Aujourd’hui encore, il est possible de sentir l’engouement des Lituaniens pour le basket-ball et pour leur équipe nationale. Le Championnat d’Europe de basket-ball de 2015 souligne l’amour que porte ce pays à son équipe et à ce sport, qualifié de nos jours de véritable « religion » par les lituaniens. Chaque panier qu’il est possible de voir au travers du pays, dans des villes comme Vilnius ou Kaunas, dans des parcs et même sur des bateaux à Klaïpeda, sont autant de preuves de l’envie de jouer, gardant à l’esprit qu’un jour, ce jeu rassembla un peuple autour d’une même cause, rassembla le monde autour d’un même sentiment : la liberté.

« Now basketball is still today number one and it’s going to stay for a long time. »* Valdas Adamkus (1998-2009), ancien président lituanien.

*Le basketball est toujours [le sport] numéro un aujourd'hui, et il le sera pour un long moment.

Hérine Rico
Etudiante en tourisme, passionnée de basketball et voyageuse dans les pays baltes.

Laisser un commentaire

L’esprit Hajde

Les Balkans, l'Europe de l'Est et l'Europe centrale ?
Un art de vivre pour certains, une escapade pour d'autres, une illusion pour beaucoup mais surtout une passion pour nous tous.

Une passion bâtie sur des lectures, des films, des voyages, quelques liqueurs, plats, regards et baisers partagés avec des autochtones.

A travers nos écrits, notre but est simplement de mettre en lumière ces peuples, des cultures et des pays proches mais finalement méconnus.

On espère que le voyage vous plaira et si vous avez envie de faire partie de l'aventure Hajde, faites-nous signe !

The Hajde spirit

Balkans, Eastern Europe, Central Europe?
A way of life for some, a short journey for other, just an illusion for many, but a passion for us, overall!

Our passion is built on readings, films, travels, a few spirits, meals, glances and kisses shared with the natives.

Throughout or writings, our goal, simply put, is to bring to light people, cultures and countries close to us, but unknown or misunderstood.

We wish you a pleasant journey. Want to join the Hajde family? You are welcome! Don't hesitate to: contact us !

La crème de la crème

Back to Top