Le son de la semaine #55 : l’hymne national de Bosnie-Herzégovine, la chanson dont personne ne veut

By: Jerome Cid

Une fois n’est pas coutume, intéressons-nous aujourd’hui à un hymne national, celui de la Bosnie-Herzégovine. Alors qu’un hymne est supposé unir un pays, celui-ci semble plutôt faire le contraire, découvrons pourquoi !

En Europe centrale et orientale, il existe des hymnes célèbres, comme le russe, qui n’est en fait qu’une reprise du soviétique, seul le texte changeant, ou encore l’hymne polonais, qui reprend une vielle musique slave, qui avait été autrefois utilisée par la yougoslavie, ainsi que par l’État fasciste de Slovaquie durant la seconde guerre mondiale. Il existe aussi d’autres hymnes, que personne ne connaît, et que personne ne veut, y compris les populations locales… celui de Bosnie en fait partie !

Avant d’expliquer pourquoi, écoutons-le un peu, voici donc Intermezzo :

Il est beau et calme, n’est-ce pas ? Peut-être même un peu trop prévisible.

Les paroles ? Il n’y en a pas ! Tout au moins pas d’officielles, le parlement bosnien ne les ayant jamais officiellement approuvées.

Observons maintenant l’utilisation de l’hymne “dans le contexte”, comme par exemple ici lors d’un match de handball Bosnie-Serbie en 2009 :

Etrange, non ? Alors que l’hymne diffusé est bel et bien celui que nous avons entendu plus haut, on peut voir que les supporters en chantent un totalement différent. Le drapeau qu’ils brandissent, d’ailleurs, n’a strictement rien à voir avec le drapeau officiel du pays.

1992-1998: d’un hymne à l’autre

Pourquoi donc tout ceci ?

Pour mieux comprendre, revenons un peu en arrière sur la situation du pays et sur l’historique de l’hymne.

Lorsque la Bosnie-Herzégovine déclare son indépendance en 1992, sa souveraineté est très rapidement contestée par deux des trois communautés majoritaires du pays, les serbes et les croates, seuls les bosniaques défendant farouchement l’indépendance face aux volontés de rattachement du pays à la Croatie ou la Serbie, ce qui conduira au tristement célèbre conflit de 1992-1995.

Dans ce contexte, le drapeau et l’hymne du pays choisis en 1992 sont un choix essentiellement bosniaque, bien qu’ils ne fassent pas référence spécifiquement à la communauté, ni à sa religion.

Le drapeau de Bosnie-Herzégovine de 1992 à 1998

Le drapeau adopté fait ainsi référence au royaume médiéval de Bosnie, et un chanteur Bosniaque, Dino Merlin, reprend l’air d’une vieille chanson de Bosnie pour créer un hymne vantant l’attachement au pays, à son unité et à sa nature, « Jedna si Jedina », « Une et unique », (l’hymne que les supporters chantent lors du match de handball).

Une fois la guerre finie, l’heure est à la réconciliation, sous la supervision de la communauté internationale. Dans ce contexte, les symboles adoptés en 1992 apparaissent comme trop clivants. La communauté internationale fait alors pression sur le Parlement national, qui finit par adopter de nouveaux symboles, intermezzo en fait partie, avec par exemple le drapeau, qui prend l’apparence que nous lui connaissons désormais, mais aussi d’autres détails, comme par exemple les plaques d’immatriculation.

Le drapeau de Bosnie-Herzégovine depuis 1998

Depuis 1998 : un hymne sans légitimité ?

Affaire réglée, pensez-vous ? Ça y est, le pays est uni sous un même drapeau, chantant à l’unisson ?

Et bien non !

Tous ces nouveaux symboles sont loin d’être adoptés par la population. Les serbes et les croates de Bosnie, aux aspirations séparatistes, ne voient pas l’intérêt d’adopter des attributs d’un pays dont ils questionnent la souveraineté, alors qu’ils disposent déjà de leurs symboles : les drapeaux et hymnes serbes et croates. Concernant les serbes de Bosnie, cela va encore plus loin, vu qu’ils disposent de symboles constitutionnellement reconnus. La question du rajout de paroles, par ailleurs, est au point mort depuis 2009. Un texte a été accepté par les représentants des trois communautés, mais n’a jamais été formellement approuvé.


« Moja republika », l’hymne officiel de la république serbe de Bosnie

Et les bosniaques, dans tout ça ? Eux non plus ne voient pas l’intérêt d’un nouvel hymne, sans paroles, alors qu’ils en avaient déjà créé un qui convenait fort bien !

C’est ainsi que nous en sommes arrivés à cette situation : un hymne national officiel, qui n’est reconnu par personne, alors que fleurissent les symboles des trois communautés. Ironiquement, la chanson est au final très symbolique de la situation du pays !

P.S. : Et s’il fallait achever encore un peu plus le sort de ce pauvre hymne qui n’avait rien donné, pas mal d’internautes ont souligné la proximité de l’hymne avec la bande originale d’American College (National Lampoon’s Animal House), un teen movie américain des années 80. Accordons le bénéfice du doute à son créateur, mais il faut reconnaître que les deux airs sont proches !

Jerome Cid

Sur les routes des Balkans depuis près de 10 ans. Commencez à errer dans la région, vous finirez sûrement par me trouver armé de mon appareil photo.


Laisser un commentaire

L’esprit Hajde

Les Balkans, l'Europe de l'Est et l'Europe centrale ?
Un art de vivre pour certains, une escapade pour d'autres, une illusion pour beaucoup mais surtout une passion pour nous tous.

Une passion bâtie sur des lectures, des films, des voyages, quelques liqueurs, plats, regards et baisers partagés avec des autochtones.

A travers nos écrits, notre but est simplement de mettre en lumière ces peuples, des cultures et des pays proches mais finalement méconnus.

On espère que le voyage vous plaira et si vous avez envie de faire partie de l'aventure Hajde, faites-nous signe !

Mentions légales

The Hajde spirit

Balkans, Eastern Europe, Central Europe?
A way of life for some, a short journey for other, just an illusion for many, but a passion for us, overall!

Our passion is built on readings, films, travels, a few spirits, meals, glances and kisses shared with the natives.

Throughout or writings, our goal, simply put, is to bring to light people, cultures and countries close to us, but unknown or misunderstood.

We wish you a pleasant journey. Want to join the Hajde family? You are welcome! Don't hesitate to: contact us !

Back to Top
%d blogueurs aiment cette page :