Dossier – Présidentielles en Serbie – 1/3 : Qui est Aleksandar Vucic ?

By: Jerome Cid

Dimanche prochain, la Serbie votera pour élire son prochain président de la république. Le premier ministre actuel, Aleksandar Vucic, est promis à une très large victoire. Les conséquences de cette potentielle victoire sont toutefois encore difficile à évaluer. L'occasion pour nous de revenir sur le principal candidat, l'actuel Premier Ministre, et grand favori des sondages.

Son image est partout : dans les médias, sur les panneaux publicitaires, dans l'esprit de tout le monde. À quelques jours du premier tour des élections, Aleksandar Vucic, le premier ministre serbe, est quasiment sûr de remporter le scrutin. Un second tour ne sera peut-être même nécessaire pour qu’il accède à la fonction suprême, dans la mesure où les sondages le créditent de 53% dès le premier tour, ce qui consoliderait sa position d’homme fort de Serbie, moins de 10 ans après la fondation de son parti, le SNS (Parti Progressiste Serbe), en octobre 2008.

Affiches géantes de Vucic sur une façade de Novi Sad - Mars 2017 - Crédit photo : Jérôme Cid

Le jeune loup nationaliste

La carrière d’Aleksandar Vucic a pourtant commencé bien avant, en devenant, dès 1993, le plus jeune membre du parlement serbe, sous les couleurs des nationalistes du Parti Radical Serbe (SRS) dirigé par Vojislav Šešelj. Il gravira les échelons du pouvoir dans les années suivantes, atteignant le poste de ministre de l’Information de Slobodan Milošević de 1998 jusqu’à la chute de ce dernier en 2000.

Suite à la fin du régime de Miloševic, et à la perte d’influence des radicaux aux profits du Parti Démocratique (pro-occidental), Vucic se rangea dans l’opposition, retrouvant un poste de député en 2003, toujours sous les couleurs du SRS. Malgré ces défaites, il conserva une aura de leader, du fait de son jeune âge et de son ancienne fonction ministérielle, aux côtés du vice-président du SRS, Tomislav Nikolić, de facto chef du parti, Vojislav Šešelj ayant été extradé au TPY à la Haye pour répondre aux accusations de crimes de guerre.

Nikolic (à gauche) et Vucic (à droite) lors du congrès fondateur du SNS, en 2008 - Crédit : Wikimedia Fondation/ CC BY-SA 3.0

Le tournant progressiste

Le SRS perdant de peu les présidentielles de 2008, Nikolic décide de faire sécession au SRS, et former le SNS (Srpska Napredna Stranka - Parti Progressiste Serbe). Aleksandar Vucic sera parmi les premiers à rejoindre ce nouveau parti, dont le programme est largement moins imprégné de nationalisme que le SRS, avec un objectif européen clairement annoncé.

Ce pari s’avèrera gagnant : Nikolic et le SNS battent aux présidentielles le parti démocratique en 2012, à la surprise générale. Les élections législatives qui suivent, (toujours en 2012) voient le SNS remporter le scrutin à la tête d’une large coalition. Vucic y obtient le poste de ministre de la défense. Deux ans plus tard, la coalition éclate, de nouvelles élections permettent cette fois-ci au SNS d’obtenir une nouvelle majorité, beaucoup plus large (sans être absolue). Aleksandar Vucic accède au poste de premier ministre, qu’il conservera deux ans plus tard lors de nouvelles législatives en 2016, échouant à obtenir la majorité absolue.

La candidat "imprévu" à la présidence

Les élections présidentielles se profilant pour 2017, Vucic créa à nouveau la surprise, en annonçant qu’il serait candidat, malgré la coutume qui aurait voulu que Tomislav Nikolic se présente pour renouveler son mandat. Ce dernier laissa d’ailleurs planer pendant quelques jours l’incertitude, en évoquant la possibilité de se présenter, avant finalement de laisser la place à Vucic.

Plus rien ne s’opposa alors au lancement de la campagne de Vucic.

À suivre : la campagne de 2017 - Vucic, et les autres

Jerome Cid
Sur les routes des Balkans depuis près de 10 ans. Commencez à errer dans la région, vous finirez sûrement par me trouver armé de mon appareil photo.

2 Comments

Laisser un commentaire

L’esprit Hajde

Les Balkans, l'Europe de l'Est et l'Europe centrale ?
Un art de vivre pour certains, une escapade pour d'autres, une illusion pour beaucoup mais surtout une passion pour nous tous.

Une passion bâtie sur des lectures, des films, des voyages, quelques liqueurs, plats, regards et baisers partagés avec des autochtones.

A travers nos écrits, notre but est simplement de mettre en lumière ces peuples, des cultures et des pays proches mais finalement méconnus.

On espère que le voyage vous plaira et si vous avez envie de faire partie de l'aventure Hajde, faites-nous signe !

The Hajde spirit

Balkans, Eastern Europe, Central Europe?
A way of life for some, a short journey for other, just an illusion for many, but a passion for us, overall!

Our passion is built on readings, films, travels, a few spirits, meals, glances and kisses shared with the natives.

Throughout or writings, our goal, simply put, is to bring to light people, cultures and countries close to us, but unknown or misunderstood.

We wish you a pleasant journey. Want to join the Hajde family? You are welcome! Don't hesitate to: contact us !

Back to Top
%d blogueurs aiment cette page :