La ville par les autochtones: Bitola par Pavel

By: Julie Chamberland

Pavel est né à Bitola, y habite toujours et il adore sa ville ! Sapeur-pompier de profession, il a d’ailleurs fait une année d’études à Nice, c’est un francophone aguerrit. C’est ce qui l’amène aussi à enseigner le français à l’Alliance Française de Bitola, où il partage son amour pour la culture et la langue française.

« Pourquoi faut-il visiter Bitola ?

Bitola est l’une des plus belles villes dans les Balkans. A l’époque elle portait le nom Monastir (toujours utilisé en Turquie et Albanie). Le nom tire son origine du fait que quand les Ottomans ont conquis la ville, il y avait plus de 70 monastères et églises. Le cœur de la ville, est la rue piétonne de Shirok Sokak.

           Parc National de Pelister (Source:                                                bitolatourist.info)
                   

Elle est semée de cafés, boutiques et restaurants, ce qui fait qu’elle est toujours pleine de gens. Sur Shirok Sokak, tout le monde est sapé de ses plus beaux habits et se bat pour une place dans les cafés, pour boire un macchiato ou espresso, en compagnie de ses amis et papoter. Il y a aussi tout près de la ville le Parc national de Pelister qui, pendant l’été, offre la sérénité et un refuge contre la chaleur. Pendant l’hiver, c’est l’endroit parfait pour les passionnés de sports d’hiver.

Quelles sont les trois choses les plus importantes à voir ?

Visiter Bitola ne signifie pas seulement se promener et boire un café sur Shirok Sokak. Si vous faites seulement ceci, c’est comme si vous n’aviez pas visité Bitola du tout ! La rue commence aux pieds de la Tour de l’Horloge et se termine avec le parc de ville et la Promenade. La ville ancienne de Heraclea, avec son amphithéâtre, est également très intéressante à voir et à visiter. Enfin il y a le Vieux bazar, un quartier qui conserve de nombreuses maisons à l’architecture traditionnelle turque ainsi que plusieurs grands monuments de l’époque ottomane, comme des mosquées et des hammams. Là on trouve aussi le Bezisten, un marché couvert qui date de XVe siècle.

Mozaïque à Heraclea (Photo: Anne Lajoie)

Quels sont les endroits cachés que seuls les habitants connaissent ?

               Tour de l’horloge
             (Photo: Anne Lajoie)

Au fond de la Promenade se trouve la petite colline Toumbé Café où les jeunes vont pour s’entrainer, se promener et se reposer sur les bancs. L’endroit offre une belle vue sur le centre-ville. Les petits restaurants qui se trouvent dans le Vieux bazar sont aussi bien cachés, même moi, je ne les connais pas tous ! Une autre chose à laquelle je pense et qui est connue des locaux ainsi que des passionnés de montagne : le refuge de la montagne Neolica situé à deux heures de marche de Bitola ; un endroit parfait pour la recréation pour toutes les générations.

Quel est l’endroit le plus calme pour se relaxer ?

                      Parc national de Pelister
                    (Source: bitolatourist.info)

A part Toumbé Café et Neolica, le meilleur endroit pour se relaxer c’est le Parc national de Pelister. A 12 kilomètres de Bitola, la nature offre une sérénité «à ne pas rater», idéale pour chaque saison.

Où est le meilleur spot pour embrasser quelqu’un ?

Le parc de la ville et Toumbé Café sont bien pour ces occasions là. Cependant comme ils sont achalandés, je préfère les clairières au long de la route magistrale vers Ohrid, où l’on peut voir toute la ville, surtout en soirée.

Un bon endroit pour manger la cuisine traditionnelle de la région ?

Ce n’est pas facile de décider, car il y a beaucoup de restaurants et de tavernes qui offrent la meilleure cuisine locale. Mais je dois distinguer le restaurant Adriatik, plus connu par les autochtones comme Chez Téta Lillé où l’on peut goûter les meilleures salades (shopska, makedonska) ainsi que des courgettes panées, le Louktché ou encore l’aïoli…

Bitola de nuit
(Source: bitolatourist.info)

Le meilleur endroit pour sortir ?

Il y en a beaucoup, je ne peux pas parler d’un seul, mais mes favoris sont : «Meze Bar 102» petit bar intime où tout le monde se connaît. Quand il y a des grandes fêtes avec de la musique live, on bloque la «Shirok Sokak». Ensuite il y a Rockafana, une nouvelle taverne avec de la musique rock. Et le dernier, mais non le moindre, le Pub Bourbon Street avec un grand choix de bières, whisky et bonne bouffe, un vrai pub. »

Photo de couverture: La rue piétonne Shirok Sokak / Source: www.whereismacedonia.org

Julie Chamberland
Québécoise expatriée en Macédoine, Julie prend plaisir à découvrir (et faire découvrir) son pays d’accueil, ses montagnes, sa culture, sa gastronomie, ses peuples… et se réjouit de sa proximité avec tous ces autres pays des Balkans qui ont tant à offrir !

Laisser un commentaire

L’esprit Hajde

Les Balkans, l'Europe de l'Est et l'Europe centrale ?
Un art de vivre pour certains, une escapade pour d'autres, une illusion pour beaucoup mais surtout une passion pour nous tous.

Une passion bâtie sur des lectures, des films, des voyages, quelques liqueurs, plats, regards et baisers partagés avec des autochtones.

A travers nos écrits, notre but est simplement de mettre en lumière ces peuples, des cultures et des pays proches mais finalement méconnus.

On espère que le voyage vous plaira et si vous avez envie de faire partie de l'aventure Hajde, faites-nous signe !

The Hajde spirit

Balkans, Eastern Europe, Central Europe?
A way of life for some, a short journey for other, just an illusion for many, but a passion for us, overall!

Our passion is built on readings, films, travels, a few spirits, meals, glances and kisses shared with the natives.

Throughout or writings, our goal, simply put, is to bring to light people, cultures and countries close to us, but unknown or misunderstood.

We wish you a pleasant journey. Want to join the Hajde family? You are welcome! Don't hesitate to: contact us !

La crème de la crème

Back to Top