Plongée au coeur des quartiers d’Istanbul. Beşiktaş : les beaux quartiers le long du Bosphore

By: Charlyne Thiery

Avec 17 millions d’habitants, Istanbul est la plus grande métropole de Turquie et la sixième mégapole la plus peuplée au monde. De ce fait, chacun des quartiers qui la composent s’apparente lui-même à une réelle ville avec sa propre identité, sa culture, sa particularité. Aujourd’hui, Hajde vous propose de découvrir un à un ces quartiers qui rendent Istanbul unique en son genre et qui lui donnent charme et dynamisme.

Saviez-vous que le nom de Beşiktaş a été donné en référence à une pierre provenant du lieu où Jésus serait né ? C’est dans ce quartier animé que nous vous emmenons aujourd’hui, à la découverte des trésors qu’il renferme.

Le palais de Dolmabahçe vu du Bosphore.
Source : www.turkcebilgi.com

Beşiktaş, le quartier aux merveilles culturelles

Beşiktaş est un quartier jeune et dynamique, mais pas seulement. Le quartier n’est pas devenu vivant récemment, il est habité depuis la nuit des temps. Dès l’époque byzantine, en raison de sa position idéale sur la rive européenne du Bosphore, Beşiktaş est un village de pêcheurs. Le nom originel de Beşiktaş n’est pas certain, Saint-Mamas est celui que l’on retrouve le plus souvent dans les écrits. Ainsi, c’est au nom de Saint-Mamas que répondait le village quand l’Empire ottoman s’en est emparé, au milieu du XVème siècle. Après la conquête de Constantinople, des communautés turques, géorgiennes ou encore arméniennes s’installent dans le village déjà occupé par une important communauté grecque.

La situation optimale de Beşiktaş en fait un lieu de villégiature privilégié des membres de la bourgeoisie ottomane, c’est pourquoi de nombreux domaines, demeures et palais somptueux y ont été construit. A l’époque, ces résidences sont faites pour accueillir les Sultans, Pachas et autres personnalités importantes de l’Empire. Si tous n’ont pas survécu à l’histoire mouvementée de la région, certains ont été transformés en écoles et bâtiments publics ou ont considérablement perdu en surface, d’autres sont cependant encore là pour témoigner de la beauté de l’architecture de l’époque.

Beşiktaş vue du quai Hayreddin, Gülmez Brothers.

Beşiktaş, jeunesse et football

Beşiktaş est à la fois un quartier d’affaire et de résidence, un secteur huppé et festif, un environnement attirant et à l’ambiance unique… Et le football n’y est pas pour rien. Le quartier est en effet la terre d’une des principales équipes de football d’Istanbul, connue pour avoir «l’un des publics les plus chauds du monde». Le coeur du district le plus populaire de Beşiktaş, entre les régions de Yıldız et de Sinanpaşa, apparait comme une démonstration de fidélité à l’équipe éponyme du quartier. Entre le stade de l’équipe et ses grandes lettres noires et blanches devant lesquelles les fans aiment se prendre en photo, et le centre du quartier, tout n’est que preuve d’attachement à l’équipe. Drapeaux noirs et blancs [les couleurs du Beşiktaş Jimnastik Külübü], affiches et graffitis à l’effigie des joueurs, statues d’aigles [le symbole de l’équipe]…

Statue au centre de Besiktas

Beşiktaş est aujourd’hui l’un des quartiers d’Istanbul les plus attirants pour les jeunes turcs. Non seulement, le quartier est dynamique et festif, de jour comme de nuit. Mais surtout, tout au long du Bosphore, boîtes de nuit et bars animent la vie stambouliote. C’est le cas du fameux club Reina, privilégié des personnalités turques et des expatriés, qui a été l’objet d’une attaque terroriste la nuit du Nouvel An, en janvier dernier. Entre autre se trouvent aussi des restaurants, parmi les meilleurs de la ville, ou d’autres, plus modestes, mais offrant un large choix de plats traditionnels. Sur un plan plus studieux, on y trouve l’une des meilleures universités de la ville, l’université de Galatasaray.

Il existe encore beaucoup de choses à dire sur Beşiktaş, que je pense être l’un des meilleurs quartiers d’Istanbul (mais c’est un avis entièrement subjectif). En effet, le quartier est aussi réputé pour sa politisation, pour son histoire que nous avons survolé mais qui mériterait un article entier, pour son atmosphère accueillante et cosmopolite, et pour tellement d’autres choses… A voir dans un prochain article.

Charlyne Thiery
Co-rédactrice en chef

Master Communication Politique et Institutionnelle à Sciences Po Grenoble. Ex-Erasmus à Vilnius, amoureuse du voyage et de la Turquie.


1 Comment

Laisser un commentaire

L’esprit Hajde

Les Balkans, l'Europe de l'Est et l'Europe centrale ?
Un art de vivre pour certains, une escapade pour d'autres, une illusion pour beaucoup mais surtout une passion pour nous tous.

Une passion bâtie sur des lectures, des films, des voyages, quelques liqueurs, plats, regards et baisers partagés avec des autochtones.

A travers nos écrits, notre but est simplement de mettre en lumière ces peuples, des cultures et des pays proches mais finalement méconnus.

On espère que le voyage vous plaira et si vous avez envie de faire partie de l'aventure Hajde, faites-nous signe !

Mentions légales

The Hajde spirit

Balkans, Eastern Europe, Central Europe?
A way of life for some, a short journey for other, just an illusion for many, but a passion for us, overall!

Our passion is built on readings, films, travels, a few spirits, meals, glances and kisses shared with the natives.

Throughout or writings, our goal, simply put, is to bring to light people, cultures and countries close to us, but unknown or misunderstood.

We wish you a pleasant journey. Want to join the Hajde family? You are welcome! Don't hesitate to: contact us !

Back to Top
%d blogueurs aiment cette page :