Les Pays baltes, Etats nordiques ? retour sur un changement de statut

By: Adrien Nonjon

Souvent présentée comme une « mosaïque de peuples et de cultures », l’Europe est découpée en cinq régions géographiques bien distinctes. Formées autours de critères précis tels le climat, la topographie, l’histoire, l’économie, ou encore la langue, ces cinq régions constituent des espaces parfaitement délimités et hiérarchisés qui permettent d’y voir plus clair au sein d’un continent de plus 10 millions de kilomètres carrés. La récente décision de l’ONU de ranger les pays baltes en Europe du Nord n’est pas sans susciter quelques interrogations. Si la décision peut surprendre au premier abord, de par la spécificité de cette région longtemps ancrée à l’Est et culturellement à part, elle n’est toutefois que le résultat logique d’un certain nombre de considérations historiques et stratégiques. Ainsi dans quelle mesure peut-on considérer les pays baltes comme des Etats d’Europe du Nord ? 

Des histoires nationales à la rencontre du Nord

Carrefour européen bordant à la fois l’Europe du Nord et l’Europe orientale, la Mer Baltique et ses régions environnantes furent tout au long de leur histoire au contact direct de puissances nordiques qui y voyaient un intérêt stratégique pour leurs empires. Originaires de Russie centrale et disposant d’une identité culturelle propre, les Baltes rencontrèrent très rapidement d’autres peuples du nord, à l’exemple des Germains issus de la basse Vistule qui stoppèrent leur expansion vers -500. Bien que partiellement restreinte, l’influence nordique dans la Baltique se renforça au cours du XIIIème siècle avec l’invasion des Ordres Teutoniques, chevaliers du Saint-Empire romain germanique, engagés dans une croisade contre le paganisme balte. Conjuguant puissance militaire et spirituelle, les Teutons établirent une série d’Etats puissants le long du littoral balte, administré par des barons germains.

Les Etats teutoniques dans la Baltique

L’affaiblissement des Ordres Teutoniques ont conduit la Pologne à renforcer son influence dans la région. En effet, l’Union de Lublin en 1569 consacra la puissance polonaise qui obtint une union personnelle avec la Lituanie, faisant de celle-ci une composante essentielle de la dite République des Deux Nations. Ainsi l’espace balte fut conduit progressivement vers un modèle de gouvernance et de rayonnement culturel européen. Pour autant l’histoire ne faisait que commencer.

L’Empire suédois

Animée d’un hubris conquérant, en voulant constituer un empire autour de la Baltique considérée comme son Mare Nostrum, la Suède s’engagea dans une série de campagnes en Europe dont les régions baltes furent le théâtre principal, avec des batailles comme Narva ou Riga. Il faut attendre la défaite de Poltava en 1709 pour voir finalement la Suède reculer sous les assauts russes, ce qui la conduisit à abandonner ses conquêtes au Tsar Pierre Ier.
Au delà de l’influence russe traduite par une incorporation des pays baltes à l’empire et leur slavisation, il faut également souligner le rôle de l’Allemagne dans l’histoire de cette région. En effet, l’Allemagne profita des premières heures de la Première Guerre mondiale pour s’engager dans la conquête des Pays-baltes, conformément à ses prétentions territoriales séculaires. La Révolution russe et le traité de Best-Litovsk du 3 mars 1918 entérinèrent la domination allemande dans la Baltique, cette dernière devenant une région nommée Ober-Ost, administrée directement par l’armée allemande et les barons baltes germaniques. Contrainte par la suite d’abandonner ses possessions baltes, l’Allemagne laissa malgré tout une empreinte forte dans la région, qu’elle soit économique, militaire ou politique. Libérés de toute influence étrangère et ce en dépit des pressions de la Russie soviétique, de l’Allemagne et de la Pologne, les pays baltes s’efforcèrent de renforcer leurs liens avec l’Europe du Nord notamment en cherchant à s’associer avec les pays scandinaves sur les questions de défense.

L’Ober-Ost allemand en 1918

Qu’ils s’agissent des temps médiévaux ou des prémices de l’époque contemporaine, il est donc concevable que par la somme d’influences en provenance de l’Europe du Nord (au sens large ou non) les pays baltes puissent appartenir à l’espace nordique. Pour autant comment interpréter la période soviétique (1940-1990) ? Est-elle un arrêt dans l’intégration des pays baltes à l’espace nordique ou bien une simple parenthèse freinant une intégration se voulant naturelle ?

La parenthèse soviétique et l’ancrage à l’Est forcé

Compte tenu de son importance stratégique et de son ouverture sur l’Europe occidentale, la Baltique fut toujours considérée comme un espace crucial pour la Russie. Ayant échoué durant l’entre-deux-guerres à reprendre pied dans la région, la Russie soviétique profitera des accords secrets Ribbentrop-Molotov pour envahir les pays baltes et instaurer des régimes communistes à la solde du Komintern. Occupation violente, marquée par la déportation de plusieurs centaines de milliers de Baltes, et la marche forcée vers l’économie planifiée, la présence soviétique apparait comme un ancrage forcé à l’Est pour les pays baltes. Néanmoins de nombreux traits culturels subsistent. Actives tout au long de la période malgré leur interdiction, les Eglises catholiques et protestantes font office de rempart culturel à la soviétisation des pays baltes en protégeant les langues nationales ainsi que les traditions.
Véritable « balcon de la Russie sur l’Europe » les pays baltes soviétiques entretiennent en dépit du rideau de fer, des relations commerciales avec le reste du Vieux continent. Ainsi la Finlande et la Suède faisaient partie intégrante des échanges commerciaux que menaient l’URSS en raison de leurs grandes ressources en bois et en minerais.
D’autre part, il faut souligner le fait que la Scandinavie présentait à l’époque une menace potentielle pour l’URSS dans la mesure où l’OTAN y entretenait des bases. En conséquence, de nombreuses casernes militaires étaient présentes dans les pays baltes en vue de se protéger des potentielles incursions armées en provenance du Nord, soulignant donc l’importance de l’espace balte dans les perceptions stratégiques russes de l’Europe du Nord.
Plongés dans un glacis soviétique de plus d’un demi-siècle, tout en essayant de maintenir leurs différentes exceptions culturelles, il faut attendre la fin des années 80 pour voir les Etats baltes reprendre leurs orientations nordiques.

Les Etats baltes construits sur modèle nordique ?

C’est à partir de 1988 que les revendications baltes purent à nouveau s’exprimer librement à la faveur de la perestroika. Obtenant tour à tour la reconnaissance de leurs langues et de leurs drapeaux, les pays baltes finirent par retrouver leur indépendance en 1990. Bien qu’extrêmement fragilisés par plusieurs années de collectivisation, les Etats baltes s’efforcèrent de se transformer en vue de répondre aux exigences de la démocratie et des économies libérales européennes. Adoptant tous les trois le modèle de démocratie parlementaire, les Etats baltes s’orientèrent vers une économie de plus en plus spécialisée. Le cas de l’Estonie illustre parfaitement cette nouvelle orientation économique. Influencée par son voisin finlandais, l’Estonie joua très rapidement la carte des nouvelles technologies du numérique. De grands complexes créatifs virent alors le jour dans les environs de Riga, abritant des starts-up ambitieuses à l’exemple de Skype.
Affichant un taux de croissance exemplaire de plus de 3%, les pays baltes constituent aujourd’hui en dépit des écarts de niveau de vie, de nouvelles puissances motrices au sein de l’Union Européenne qu’ils rejoignirent en 2004. Avec 1/3 des échanges commerciaux se faisant avec la Scandinavie, les pays baltes sont plus que jamais tournés vers le Nord de l’Europe, en témoigne leur statut d’observateur au Conseil nordique.

 

 

 

Un changement de statut empreint de considérations stratégiques 

Carte des risques régionaux pour l’OTAN (BBC)

Finalement, comment interpréter ce changement de zone géographique ? Il est vrai qu’au regard de leur histoire et des transformations actuelles les pays baltes se rapprochent de plus en plus de leurs voisins nordiques. Pour autant nous pouvons supposer que ce changement de statut est également en lien avec l’actualité récente. Avec la crise ukrainienne, les Etats baltes oscillent entre le pied de paix et le pied de guerre par peur d’une incursion russe sur leur territoire. Membre de l’OTAN depuis 2004, les Pays-baltes cherchent aujourd’hui à renforcer leur coopération avec les autres pays membre, et à s’afficher comme figure de proue de la défense de l’Europe orientale. Ainsi ne pourrait-on pas se demander si le fait que les Etats baltes deviennent des pays du Nord ne donne pas plus de légitimité à leurs inquiétudes. Comment réagirait l’OTAN si un pays du Nord était attaqué ? Quand on analyse la stratégie otanienne dans la région, il serait donc normal que les pays baltes soient davantage prioritaires par rapport à d’autres forces en Europe de l’Est, beaucoup plus éloignées voire mieux armées comme la Pologne ou la Roumanie.
Au-delà des questions de défense, cette intégration à l’Europe du Nord souligne le fait qu’en dépit des efforts à fournir, l’espace balte a su engager un processus de transformation exemplaire qui semble aujourd’hui se concrétiser avec cette incorporation à la région d’Europe du Nord.

Adrien Nonjon

Etudiant en Géopolitique amoureux des espaces orientaux européens et russes, Adrien Nonjon compte se spécialiser dans les questions diplomatiques et stratégiques en Europe de l’Est et Russie post-soviétique.


Laisser un commentaire

L’esprit Hajde

Les Balkans, l'Europe de l'Est et l'Europe centrale ?
Un art de vivre pour certains, une escapade pour d'autres, une illusion pour beaucoup mais surtout une passion pour nous tous.

Une passion bâtie sur des lectures, des films, des voyages, quelques liqueurs, plats, regards et baisers partagés avec des autochtones.

A travers nos écrits, notre but est simplement de mettre en lumière ces peuples, des cultures et des pays proches mais finalement méconnus.

On espère que le voyage vous plaira et si vous avez envie de faire partie de l'aventure Hajde, faites-nous signe !

Mentions légales

The Hajde spirit

Balkans, Eastern Europe, Central Europe?
A way of life for some, a short journey for other, just an illusion for many, but a passion for us, overall!

Our passion is built on readings, films, travels, a few spirits, meals, glances and kisses shared with the natives.

Throughout or writings, our goal, simply put, is to bring to light people, cultures and countries close to us, but unknown or misunderstood.

We wish you a pleasant journey. Want to join the Hajde family? You are welcome! Don't hesitate to: contact us !

Back to Top
%d blogueurs aiment cette page :