Noël arménien : pourquoi le 6 janvier ?

By: Christophe Hosebian

Chaque année, je reçois une kyrielle de messages me souhaitant « Joyeux Noël » le 25 décembre. Chaque année, je réponds poliment : « Merci mais je fête Noël le 6 janvier et non le 25 décembre. » Chaque année, on me demande, stupéfait la raison de ce « décalage ». La raison est simple : je viens de la communauté arménienne. Mais alors… pourquoi les arméniens fêtent-ils Noël le 6 janvier ?

Pour comprendre, il faut remonter quelques siècles plus tôt…

Les arméniens, pour la majorité, sont des chrétiens orthodoxes apostoliques car le christianisme leur a été importé en Arménie par les apôtres Simon, Thaddée et Barthélémy. C’est en 301 après J-C que l’Arménie adopte le christianisme comme religion d’Etat et devient ainsi le premier Etat chrétien au monde. Suite à l’affaiblissement de l’Empire romain, le Royaume d’Arménie se voit être séparé en deux royaumes de plus petite taille : la Persarménie, dominée par les Perses et l’Arménie occidentale, dominée par les byzantins. Les arméniens refusent alors de se soumettre à la religion des Perses, pendant qu’à Rome on adopte la doctrine du concile de Chalcédoine, celle qui considère que le Christ est à la fois divin et humain. Cette doctrine a été rejetée par l’Eglise apostolique arménienne qui rompt alors définitivement ses liens avec l’Eglise de Rome. De ce fait, le 25 décembre correspondant au Noël catholique, il est donc logique que les arméniens ne célèbrent pas Noël ce jour-là car ils ne sont pas catholiques pour la plupart.

Cela n’explique cependant pas pourquoi les arméniens célèbrent Noël le 6 janvier…

Karékine II, le Catholicos actuel

A l’origine, la naissance de Jésus était fêtée le 6 janvier, soit le jour de l’épiphanie. Mais le Pape, pour combattre les fêtes païennes, a fixé le jour de Noël le même jour que certaines fêtes païennes soit le jour du solstice d’hiver, à savoir le 21 décembre. A cause d’une erreur de calcul (ce n’est pas une blague), le jour de Noël a été fixé le 25 décembre. Les arméniens ne reconnaissant pas l’autorité du Pape catholique car étant apostoliques et ayant leur propre chef spirituel, le « Catholicos », ils ont décidé de garder la date originelle de la naissance du Christ. Alors, qui est en « décalage » maintenant ?

Mais comment les arméniens fêtent-ils Noël ?

Pour les arméniens vivant en Arménie, à Noël, toute la famille se déplace à l’Eglise puis se retrouve autour d’un bon repas. Rien de bien différent du Noël catholique me diriez-vous… Cependant, pour les arméniens de la diaspora, le 6 janvier n’étant pas un jour férié, la tâche se voit être plus compliquée. Certains ne fêtent donc pas Noël le 6 janvier mais bien le 25 décembre pour des questions de praticité.

Anouch Abour

Concernant le repas de Noël, aucun plat d’entrée ou de plat principal n’est typique de cette période de l’année. De plus, deux mondes s’affrontent : la cuisine arménienne de l’Arménie actuelle basée sur la grillade de poissons et de viandes (les brochettes appelées « khorovadz ») et la cuisine arménienne de la diaspora qui puise ses origines en Turquie, au Liban, en Syrie, en Grèce. C’est ainsi que les mezzés comme les feuilles de vigne et légumes farcis (« dolma/տոլմա»), les feuilletés au fromage (« bereks/պըրեկ »), le taboulé, le « basteurma/բաստուրմա» (un type de saucisson) se retrouvent sur la table de Noël des arméniens d’occident et non d’orient. Les plats sont toujours accompagnés de lavash (լավաշ), ce pain traditionnel arménien qui met les arméniens d’Arménie et de la diaspora d’accord. Le dessert de Noël, mangé à la fois en Arménie et dans la diaspora est sans aucun doute le « anouch abour/անուշ աբուր », une bouillie de blé et de fruits secs aromatisée à la cannelle et à l’eau de rose. Les autres desserts orientaux comme les baklavas, les kadayifs et les loukoums se mangent également à Noël, surtout chez les arméniens de la diaspora.

Շնորհավոր նոր տարի և Սուրբ Ծնունդ

Bonne Année et Joyeux Noël !

Christophe Hosebian
Etudiant en première année de sciences sociales. Passionné par les questions liées à l'environnement, aux médias et à la politique !

11 Comments

  • Kayayan:

    Merci, enfin je peux répondre à mes enfants quand ils me posent la question!

  • Serge:

    Merci pour les déteils….je vais dormir moins idiot ce soir ….Շնորհավոր նոր տարի և Սուրբ Ծնունդ…mais je suis Catholique qu’importe….
    Serge Bédrossian

  • Kirakosyan:

    Juste une petite réctification: il existe bien un plat spécial et un dessert pour le Noël des arméniens d’Arménie, c’est le HARISSA, qui est préparé à la base de blé et du poulet cuit ensemble pendant des heures et mixé au final et servi avec une noisette de beurre et en dessert c’est le GATHA, préparé avec des pates feuilletées et du beure mélangé avec de la farine et du sucre. Dans certaines familles on prépare aussi du poisson et du riz avec des fruit sec.

  • wirth2012:

    Quand vous dites que, je cite : « A l’origine, la naissance de Jésus était fêtée le 6 janvier ». C’est en faite complètement faux car les peuples de l’époque n’utilisaient pas le calendrier Grégorien (calendrier qui est d’ailleurs faux lui aussi)

  • Hwj:

    La diaspora ne puisse pas ses inspirations dans des pays étrangers. Le Liban la Syrie la Grèce font partie de la diaspora arménienne qui a diffusée sa cuisine dans ces pays comme notamment au Liban. Tous ces plats ont des noms arménien dont beaucoup comme vous ont perdu l’usage. Par exemple le basterma : abourt, dolma: pattots etc….Les Arméniens sont assez spoliés pas la peine d’en rajouter. Rendons aux arméniens ce qui appartient aux arméniens

  • Michel:

    Et Quand vous fetez L’Epihanie

  • Arménouhie Baronian:

    Attention je note à mon avis une erreur dans en début d’article, vous mentionnez que l’église arménienne est orthodoxe apostolique. Bien que l’utilisation du terme orthodoxe soit assez souvent utilisée par différentes sources pour l’église arménienne, elle n’est pas exacte. L’église arménienne est apostolique du fait qu’elle considère que le Christ a seulement la nature divine alors que les églises orthodoxes et catholiques considèrent que le Christ possède les deux natures, divine et humaine.

  • ATAMIAN Manoug:

    il y a du vrai et du faux dans tout cela. Surtout, le 6 janvier n’est pas propre aux Arméniens mais à l’ensemble des églises orientales dites non chalcédoniennes, qui n’ont pas accepté les conclusions du Concile de Chalcédoine de 451 (conclusions mal définies ici). Il ne s’agit pas d’une simple opposition de l’Eglise arménienne vis-à-vis de la Papauté.
    Manoug Atamian

  • Arman Grigorian:

    Petite rectification. Nous fêtons Noël le 6 Janvier pas parce que « ça se faisait comme ça » mais parce que c’est le jour de son baptême (Épiphanie) qui a eu lieu le jour des 30 ans de Jésus (je ne retrouve plus la source mais je vais continuer mes recherches). C’est une tradition qui a été instaurée par les apôtres même. Certainement que cela ne correspondait pas à la date du 6 janvier parce qu’il y a eu des changements de calendrier. Mais ce n’était certainement pas le 25 décembre non plus…D’ailleurs l’église orthodoxe (donc grecque et russe) fête le 7 janvier en raison de la différence du calendrier parce qu’il y a 14 jours de décalage entre les deux calendriers.
    Effectivement, l’église arménienne n’est pas orthodoxe. Les désaccords entre les églises après le concile de Chalcédoine se situent à plusieurs niveaux. Entre autres, on peut citer le rajout de l’eau dans la sainte communion que l’église arménienne a refusé (des fois au prix du sang) tout au long de son existence. D’ailleurs les églises coptes et assyriennes ont également rejeté les doctrines dudit concile c’est pourquoi on les considère comme des églises soeurs.
    D’autre part, les débats sur la nature du Christ ne sont pas tout à fait corrects. La théologie de l’église apostolique ne reconnaît pas seulement la nature divine du Christ mais plutôt la coexistence SIMULTANÉE des deux natures (divine et humaine) en Jésus depuis sa naissance jusqu’à sa mort, voire jusqu’à l’infini puisqu’il est monté auprès du Père avec son corps. Tandis que lors du concile de Chalcédoine les églises occidentales ont admis que la nature divine de Jésus opérait seulement quand il faisait des miracles et dans d’autres circonstances impliquant une intervention surnaturelle. Les pères de l’église arménienne ont longuement débattu ce sujet, vous pouvez consulter Grigor Tatevatzi. La position de l’église arménienne est basée sur l’idée que le corps de Jésus n’était pas périssable du fait de ses deux natures. Puisque Jésus s’est incarné et a éprouvé des besoins physiques tels que la faim, la soif, le sommeil, la fatigue, la souffrance. Mais parallèlement il nous a montré sa nature divine comme à son baptême ou lors de sa transfiguration, par exemple.
    Je ne sais pas pour les autres, mais chez moi en tout cas le riz pilaf aux raisins secs et au lavache est un plat typique de Noël.
    Voilà.

  • Lu:

    Orthodoxes opostoliques sont 2 mots différents . L’eglise Grecque, Russe, Ukranian, et quel que d’utre sont Orthodoxes, mais l’eglise Armenien est Opostolique. Puis, la cuisine arménienne de la diaspora ne puise pas ses origines ni en Turquie, ni au Liban,ni en Syrie, ou Grèce. Quand l’Armenie et ses cuisine existait le 1iere siecle jusqua le 14ieme siecle, Turquie n’existait pas.

Laisser un commentaire

L’esprit Hajde

Les Balkans, l'Europe de l'Est et l'Europe centrale ?
Un art de vivre pour certains, une escapade pour d'autres, une illusion pour beaucoup mais surtout une passion pour nous tous.

Une passion bâtie sur des lectures, des films, des voyages, quelques liqueurs, plats, regards et baisers partagés avec des autochtones.

A travers nos écrits, notre but est simplement de mettre en lumière ces peuples, des cultures et des pays proches mais finalement méconnus.

On espère que le voyage vous plaira et si vous avez envie de faire partie de l'aventure Hajde, faites-nous signe !

The Hajde spirit

Balkans, Eastern Europe, Central Europe?
A way of life for some, a short journey for other, just an illusion for many, but a passion for us, overall!

Our passion is built on readings, films, travels, a few spirits, meals, glances and kisses shared with the natives.

Throughout or writings, our goal, simply put, is to bring to light people, cultures and countries close to us, but unknown or misunderstood.

We wish you a pleasant journey. Want to join the Hajde family? You are welcome! Don't hesitate to: contact us !

La crème de la crème

Back to Top