L’école de la pieuvre, la maitresse de l’autodidacte

Sava Sekulić Samouk, outsider parmi les outsiders

By: Anouk Lederle

Sava Sekulić Samouk – l’autodidacte – est l’une des figures historiques des artistes naïfs yougoslaves. Une rétrospective vient de lui être consacrée par le Musée d’art naïf et marginal de Jagodina à Belgrade, Kuca legata du 20 Octobre au 12 Novembre 2016. Peintre visionnaire et symbolique, Sava Sekulić est une figure singulière éloignée des canons de l’art naïf de son époque. Surnommé par Mica Popovic « le cas SSS », c’est un outsider parmi les outsiders.

Les germes de la vie

Les germes de la vie

Une figure historique reconnue sur le tard

mon métier

Mon métier

Ce qui pousse de mes différents êtres

Ce qui pousse des différents êtres

Né en 1902, sur la côte Dalmate, il appartient à la minorité serbe de Croatie. Il meurt à Belgrade en 1989. Il vit avec sa famille dans une région où la terre est aride et infertile. Il a une enfance misérable où il faut tirer le diable par la queue. Son père est tué au début de la Première Guerre mondiale. Sava Sekulić est blessé à la jambe et mutilé à vie. Il perd un œil. Après le conflit, il décide de fuir cette misère et il part à Belgrade pour trouver un destin meilleur. Sa première femme et son enfant meurent. Il se remarie mais l’assistance publique lui prend son enfant. Sava Sekulić change souvent de métier : journalier, batelier, ouvrier. Il finit comme maçon avant de prendre sa retraite. Il habite dans de très petits appartements et vit chichement. Il dessine, il peint, il écrit la nuit alors que tout est silencieux et calme. À l’abri des regards. Dans le monde qu’il construit avec frénésie et obsession. Il s’échappe ainsi de son quotidien, de ses douleurs, de ses échecs. De ses dessins réalisés dans les années trente, il ne reste rien. Ils ont été détruits pendant la seconde guerre mondiale. Au moment de l’expansion de l’art naïf yougoslave, Sava Sekulić représente une personnalité à part. C’est seulement à partir de 1964, qu’il commence à être reconnu grâce à Katerina Jovanovic conservatrice de « L’université ouvrière ». La Galerie des artistes autodidactes de Svetozarevo –aujourd’hui le Musée d’art naïf et marginal de Jagodina lui offre première exposition personnelle en 1973. Puis il expose, en 1984, dans la galerie de Charlotte Zander à Bönnigheim qui possède encore aujourd’hui l’une des plus grandes collections des œuvres de Sava Sekulić. Il obtient ainsi une reconnaissance internationale. Deux ans avant sa mort, en 1987, il reçoit le prix pour l’ensemble de ses travaux artistiques. Il devient ainsi patrimoine de la Serbie.

Une peinture d’allégories et de symboles

Sava Sekulic

La ville cerf

Sava Sekulić est un peintre de l’universel, des archétypes, des symboles. Du singulier il fait accéder à l’universel. Il s’inspire de la religion, des mythes pour en créer d’autres. Les allégories sont présentes dans son œuvre. Sava Sekulić propose des architectures et des paysages fantastiques comme « La ville-cerf ». Ailleurs, le nom des villes se transforme en pièces de maçonnerie « Washington ».

l'ancien slave

L’ancient slave

Quand il peint des personnages historiques, ils deviennent des héros. « L’Ancient Slave ». Il est fier. Il a d’épaisses moustaches qui flottent dans le vent. Il porte un tricorne. Il est le héros par excellence. Réel et imaginaire. Ses bras se prolongent par des nageoires ou des ailes. « Bayazid » ou Bajazet grand sultan ottoman du XVe siècle est représenté comme un corps partagé en trois, à la fois unité et séparation. « Jabucilo et Momcilo ». Jabucilo était le cheval ailé qui protégeait le duc de Momcilo. La femme de ce dernier que le roi voulait épouser a brûlé les ailes du cheval et a fait assassiné son mari.

Homme simple et spirituel, Sava Sekulić s’est battu pour survivre. Il a lutté pour affronter son destin. Quand il décrit son métier, il devient shiva. Il doit savoir tout faire (« Mon métier »).

Conscient d’être un autodidacte, (« L’école de la pieuvre, la maitresse de l’autodidacte ») il développe une curiosité dans différents domaines, il déploie de nombreux talents pour compenser le manque. Il se décrit comme multiple (« Ce qui pousse de mes différents êtres »).

Une peinture spirituelle et inspirée

La nature marche sur la voûte céleste

La nature marche sur la voûte céleste

Chez Sekulić, les personnages sont simplifiés, à plat, sans relief, sans ombre, sans volume et très stylisés. Les femmes sont source d’inspiration sans cesse renouvelée (« La nature marche sur la voûte céleste »). La femme est la mère nature que Sekulić peint sous différentes formes. « Tout est vivant dans l’être et dans la substance à qui tout doit son existence ». Il est obsédé par la magie du lait maternel, source de vie Cf « La naissance de la vie ». Les femmes ailées sont pour lui une métaphore de la maternité (« La fille-ange »). La femme est aussi figure d’équilibre « La fille sur la plage ». Un triangle parfait, une pyramide, une métaphore de la perfection, de l’équilibre du corps et de l’esprit.

la fille sur la plage

La fille sur la plage

Son œuvre est traversée par des figures mi-humaines, mi-animales. Il crée un bestiaire, un langage, un univers. Une symbiose entre les formes zoomorphes et anthropomorphes. Il multiplie les formes avec frénésie, en invente d’autres. La nature et plus particulièrement les animaux nourrissent son oeuvre. Ils symbolisent la force, le courage, l’intelligence « La force de la nature et de l’homme avec le poisson ».

De l’œuvre de Sekulić se dégage une dimension spirituelle. C’est une peinture naïve et narrative qui nous fait plonger dans un autre monde imaginé, imaginaire. « Les germes de la vie » sont représentés par petits personnages, comme des lutins, auréolés avec un chapeau pointu. Un monde parallèle sans horizon ni perspective. Il peint, non pas la réalité, mais l’invisible, l’impossible, l’imaginaire « L’univers, ce sont les couleurs. Et le monde, des ombres et des lumières. À chaque couleur son visage », « Les langues de l’humanité ». Deux chèvres juchées sur leurs pattes arrières qui sourient et semblent converser « Quand chacun prend ce qui lui appartient ». Une figure de Dieu solaire dont le visage se composent de corps dénudés de la barbe aux cheveux jusqu’aux cils et sourcils qui sont toute l’humanité. Sava Sekulić nous fait passer de l’histoire au mythe, de l’état de veille au rêve et nous embarque dans le monde spirituel qu’il a imaginé.

Cette exposition s’accompagne d’un film sur l’artiste réalisé par un voisin ainsi que d’un catalogue Sava Sekulić l’autodidacte que vous pouvez retrouver au Musée d’art naïf et marginal de Jagodina.

les langues de l'humanité

Les langues de l’humanité

Anouk Lederle
De retour en France après un séjour de trois ans dans les Balkans, Anouk reste à l'écoute de ce qui se passe dans la région et depuis Paris. Titulaire d’un Master de Management et politiques culturelles passé à l’Université des arts de Belgrade, elle participe aujourd’hui à différents projets en tant que manager culturel.

Laisser un commentaire

L’esprit Hajde

Les Balkans, l'Europe de l'Est et l'Europe centrale ?
Un art de vivre pour certains, une escapade pour d'autres, une illusion pour beaucoup mais surtout une passion pour nous tous.

Une passion bâtie sur des lectures, des films, des voyages, quelques liqueurs, plats, regards et baisers partagés avec des autochtones.

A travers nos écrits, notre but est simplement de mettre en lumière ces peuples, des cultures et des pays proches mais finalement méconnus.

On espère que le voyage vous plaira et si vous avez envie de faire partie de l'aventure Hajde, faites-nous signe !

The Hajde spirit

Balkans, Eastern Europe, Central Europe?
A way of life for some, a short journey for other, just an illusion for many, but a passion for us, overall!

Our passion is built on readings, films, travels, a few spirits, meals, glances and kisses shared with the natives.

Throughout or writings, our goal, simply put, is to bring to light people, cultures and countries close to us, but unknown or misunderstood.

We wish you a pleasant journey. Want to join the Hajde family? You are welcome! Don't hesitate to: contact us !

La crème de la crème

Back to Top