La Russie, une agriculture à l’épreuve des sanctions ?

By: Jean Gabriel Henry

A la suite du référendum portant sur le rattachement de la péninsule de Crimée le 16 mars 2014, l’Union Européenne (UE) a imposé des séries de sanctions économiques à l’encontre de la Russie, et notamment dans le domaine agricole.

Comme nous le savons, l’agriculture est le secteur le plus dépendant de la nature et du climat. D’où le fait que ses productions varient énormément d’une année sur l’autre. Or cette année la Russie contrairement à l’Europe a eu une récolte céréalière très abondante, à tel point qu’ils ne savent plus où stocker les moissons.

C’est un nouveau record que vient de battre l’agriculture russe, avec une production de 118 millions de tonnes de blé contre environs 80 millions de tonnes les années précédentes. Mais le problème est que leurs infrastructures ne leur permettent de stocker que 115 millions de tonnes, en comptant les réserves stratégiques déjà enregistrées. Tel est le niveau de productivité actuel de l’agriculture russe.

Les sancti8-8-14_mireilleons infligées à la Russie par l’Europe, consistent à interdire l’achat de certaines actions et obligations russes par les pays membres de l’UE. D’autre part des partenariats économiques ont été rompus et les relations diplomatiques ont bien diminué. Et surtout les sanctions imposent à la Russie une isolation économique envers l’UE et les États-Unis.

 A la suite de cela, le gouvernement russe a voté des contre-sanctions mettant en place des embargos sur l’importation de produits (notamment agroalimentaire) en provenance de l’Europe, des États-Unis et d’Australie. Ces contre-sanctions interdisent l’importation en Russie de nombreux produits comme le porc, le vin, le fromage. On constate que cet embargo s’applique également dans les domaines technologiques, en faisant contrôler par les autorités compétentes des États membres les exportations vers la Russie de certains équipements liés au secteur énergétique.

C’est une politique isolationniste et d’autosuffisance économique, qu’a adopté le président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine en 2014. Dans le secteur agricole elle est illustrée principalement par un soutien financier de plus de 5 milliards de dollars mis à la disposition des exploitants nationaux entre 2015 et 2016.

Deux ans après l’annexion de la Crimée on ne peut s’empêcher de se pencher sur l’actuelle situation économique et particulièrement agricole de la Fédération de Russie. Et l’on remarque que les efforts faits par la Russie durant ces deux ans n’ont pas été vains. Délivrés des géants concurrents occidentaux, les exploitants locaux se développent extrêmement bien avec notamment une hausse de 18% de la production de fromage d’Etat. Ils se mettent également à intensifier la production de vin dans le Caucase, ainsi que de nombreux autres produits. En ce qui concerne la production de masse, on observe également une grande augmentation des complexes agronomiques d’exploitations de types fruits et légumes, il faut bien continuer à vivre.

1Au Sud-Ouest de Moscou dans la région de Kalouga, cela fait deux ans que l’entreprise Agro invest a débauché un hollandais (aujourd’hui agronome en chef du complexe) afin de leur transmettre et développer un savoir-faire particulier dans le domaine de la culture sous serre.

D’autre part, plus au Nord en Sibérie, les éleveurs très nombreux sont de plus en plus sollicités et se revendiquent désormais fournisseurs de viande d’élan pour la Russie.

2

Le ministre de l’agriculture russe Alexandre Tkatchev à l’occasion du salon de l’agriculture 2016, a déclaré « Encore deux ans de sanctions et nous oublierons le marché européen ». Cela nous présente une agriculture russe de plus en plus autonome et productive. Mais également et surtout, met le doigt sur la chute des exportations européennes vers une des plus grandes puissance mondiale. En effet la perte de ce gros client ravage l’économie agroalimentaire européenne et surtout franco-italienne. On a évalué les pertes des agriculteurs français de 1 milliard d’euros. C’est un véritable coup porté à l’économie Européenne et celui-ci porté par sa propre main, souligne le ministre de l’agriculture russe. Cela entraîne une véritable crise, notamment pour les éleveurs qui n’étaient pas dans un climat financier confortable.56d5c85bc4618838768b45aeMalgré toutes les mesures et les subventions mises en place par l’État russe, celle-ci est loin d’être parfaite et totalement autonome. Pendant la mise en place de leur nouvelle politique agricole et économique, ils ont eu de nombreux problèmes de coordination et de stockage. De plus, c’est un pays qui n’est encore que relativement peu développé sur le plan de la recherche agronomique ; et de manière plus générale, elle doit faire face à un problème encore présent de nos jours, la corruption.

En se tournant vers le futur de la Russie, on peut se demander si les innovations technologiques et économiques leur permettront de rendre leur agriculture compétitive et autosuffisante.

Jean Gabriel Henry
Etudiant à l'INALCO en Hautes études internationales, plus particulièrement intéressé par la Russie et les cultures du monde Slave.

Laisser un commentaire

L’esprit Hajde

Les Balkans, l'Europe de l'Est et l'Europe centrale ?
Un art de vivre pour certains, une escapade pour d'autres, une illusion pour beaucoup mais surtout une passion pour nous tous.

Une passion bâtie sur des lectures, des films, des voyages, quelques liqueurs, plats, regards et baisers partagés avec des autochtones.

A travers nos écrits, notre but est simplement de mettre en lumière ces peuples, des cultures et des pays proches mais finalement méconnus.

On espère que le voyage vous plaira et si vous avez envie de faire partie de l'aventure Hajde, faites-nous signe !

The Hajde spirit

Balkans, Eastern Europe, Central Europe?
A way of life for some, a short journey for other, just an illusion for many, but a passion for us, overall!

Our passion is built on readings, films, travels, a few spirits, meals, glances and kisses shared with the natives.

Throughout or writings, our goal, simply put, is to bring to light people, cultures and countries close to us, but unknown or misunderstood.

We wish you a pleasant journey. Want to join the Hajde family? You are welcome! Don't hesitate to: contact us !

La crème de la crème

Back to Top