La ville par les autochtones: Corfou par Sophie

By: Elsa Pichon
Sophie Mallard

Sophie Mallard

Si la ville de Corfou est déjà largement connue pour son cadre naturel idyllique et ses monuments reflétant son histoire riche, rien ne vaut les conseils d’une habitante de la ville. Sophie Mallard, voyageuse invétérée et traductrice française y vit depuis 10 ans, et illumine chacune de ses visites de l’île et de la région par son enthousiasme et sa bonne humeur ! Découverte de la ville en sa compagnie.

« Pourquoi faut-il visiter Corfou ?

Dominée par ses forteresses, la ville de Corfou (Kerkyra en Grec) porte l’empreinte très marquée de quatre siècles de présence vénitienne qui lui confèrent un charme unique. On peut se perdre dans le dédale des ruelles de la vieille ville, flâner sur la grande esplanade du Liston, où se déroulera avec un peu de chance un match de cricket, se balader ou jogger le long de la baie de Garistsa, l’une des promenades préférée des citadins.

Quelles sont les trois choses les plus importantes à voir ?

La vieille ville de Corfou figure sur la liste des monuments du patrimoine mondial de l’UNESCO. La première chose à explorer, c’est donc le labyrinthe que forment les ruelles dont les bâtiments, aux fenêtres et portes vertes et aux murs ocres, datent en partie de la période vénitienne. Il ne faut pas oublier de prendre un café sur l’une des adorables placettes fleuries pour s’imprégner de l’atmosphère si authentique des lieux. La deuxième chose qui s’impose est la visite du vieux fort (Paleo Frourio -1558), qui a protégé la ville contre les Ottomans, et d’emprunter le chemin qui mène au sommet des fortifications d’où l’on peut jouir d’une vue à 360° sur Corfou et ses environs. Finalement, Corfou ne serait pas Corfou sans Saint Spyridon, le Saint patron de l’île qu’il a sauvée par deux fois de la peste, et grâce à son apparition, en 1716, sauvé des troupes et de la flotte turques qui s’y étaient concentrées.

Eglise Saint Spyridon

Eglise Saint Spyridon

L’église orthodoxe Saint Spyridon bâtie en 1589 accueille le corps embaumé du saint, et est un lieu sacré de pèlerinage. Elle renferme des icônes des peintres corfiotes dont Spiros Prosalentis et Panagiotis Doxara. Quel que soit l‘endroit où vous vous trouvez dans le centre historique, vous pouvez apercevoir son clocher rouge, le plus élevé des îles ionniennes !

Quels sont les endroits cachés que seuls les habitants connaissent ?

Un tunnel à l’intérieur du vieux fort permet d’accéder à une petite marina et une taverne, qui offrent une vue merveilleuse sur la mer et le continent. L’île de Vido, au passé mouvementé, est un endroit charmant les soirs d’été. Les Français arrivés avec Bonaparte l’avaient surnommé « l’île de la Paix » (1799). On s’y rend à bord d’un petit kaïki (bateau de pêcheur), qui la dessert pour une somme modique.

Quel est l’endroit le plus calme pour se relaxer ?

Le vaste parc qui entoure le palais « Mon Repos », palais où est né le prince Philip, époux de la reine Elisabeth II. Ce domaine ombragé de 250 hectares et ses 2 000 espèces d’arbres est un véritable havre de paix.

Puits vénitien

Puits vénitien

Où est le meilleur spot pour embrasser quelqu’un ?

Le petit jardin du musée d’Art asiatique. Il ne faut pas hésiter à en pousser la petite grille. On y arrive en descendant le Liston en direction de la mer. Le puits vénitien est également un lieu très romantique …

Un bon endroit pour manger la cuisine traditionnelle de la région ?

Le restaurant Rouvas est une institution dans la ville, et l’un des derniers restaurants de l’île où l’on soulève les couvercles des casseroles pour choisir ce que l’on va déguster. N’y allez pas trop tard ou tout aura déjà disparu ! Il y a aussi, derrière le Palais de Justice, le tsipouradiko Ektos Shediou où l’on sert des mezzés et où le patron saisit assez souvent une guitare ou un bouzouki !

Et bien sûr, vous pouvez vous régaler un peu partout d’un délicieux gyros, un sandwich fait de pain pita garni de viande, de frites, de tomates, d’oignons, le tout nappé de Tzaiziki.

Le meilleur endroit pour sortir ?

De nombreuses tavernes proposent de la musique grecque, surtout le samedi. On y mange, chante et danse. Il suffit de se promener dans les ruelles de la vieille ville et de se laisser guider par le son du bouzouki !

Y a-t-il une œuvre d’art, un écrit, ou un chef d’œuvre qui devrait absolument être vu, lu ou écouté en rapport avec Corfou ?

Il faut écouter l’hymne national grec composé par Nikolas Mantzaro, et ne pas oublier de jeter un coup d’œil sur une pièce de 20 centimes d’Euro grecque où figure le portrait de Ioannis Kapodistrias, premier chef d’état de la Grèce indépendante (1827-1831) et considéré comme le fondateur de l’état grec moderne. Deux enfants du pays dont les Corfiotes sont fiers !

Est-ce qu’il existe une anecdote sur Corfou ?

Pour être sûr de revenir à Corfou, on chuchote qu’il faut jeter une pièce (pourquoi pas de 20 centimes pour décupler les effets) dans le puits de l’adorable petit monastère de Paleokastritsa… »

Elsa Pichon

Je hante les ruines de Butrint l’été. En fourgon, en bus, ou à pieds sur les routes d’Albanie, pour faire découvrir le pays et son histoire en français pour les curieux.


Elsa Pichon on Twitter
Tag:

Laisser un commentaire

L’esprit Hajde

Les Balkans, l'Europe de l'Est et l'Europe centrale ?
Un art de vivre pour certains, une escapade pour d'autres, une illusion pour beaucoup mais surtout une passion pour nous tous.

Une passion bâtie sur des lectures, des films, des voyages, quelques liqueurs, plats, regards et baisers partagés avec des autochtones.

A travers nos écrits, notre but est simplement de mettre en lumière ces peuples, des cultures et des pays proches mais finalement méconnus.

On espère que le voyage vous plaira et si vous avez envie de faire partie de l'aventure Hajde, faites-nous signe !

Mentions légales

The Hajde spirit

Balkans, Eastern Europe, Central Europe?
A way of life for some, a short journey for other, just an illusion for many, but a passion for us, overall!

Our passion is built on readings, films, travels, a few spirits, meals, glances and kisses shared with the natives.

Throughout or writings, our goal, simply put, is to bring to light people, cultures and countries close to us, but unknown or misunderstood.

We wish you a pleasant journey. Want to join the Hajde family? You are welcome! Don't hesitate to: contact us !

Back to Top
%d blogueurs aiment cette page :