Un cinéma de l’utopie, Le bonheur juif

By: Jean-Philippe Guedas

Le Bonheur Juif est un film soviétique muet de 1925, en noir et blanc, du réalisateur Alexis Granowsky. Inspiré d’une nouvelle de Cholem Aleikheim, il raconte les tribulations de Menahem Mendel à la fin du XIXe siècle à Berditchev, près d’Odessa qui se situe alors en Russie .

Solomon Mikhoels

Solomon Mikhoels

Ce personnage tente péniblement chaque jour de gagner son pain et chaque samedi d’obtenir son « bonheur juif », c’est à dire un morceau de viande. En 1925 le bonheur est encore une idée neuve en Russie pour tous ceux qui ont les mains vides. Il vit entouré d’enfants dépenaillés dont on peine d’ailleurs à deviner lesquels sont les siens.

Le Bonheur Juif vaut tout d’abord par tous les noms qu’il réunit. Tout d’abord celui de Cholem Aleikheim dont le film reprend un des personnages de nouvelles et que Wikipédia présente comme le Mark Twain juif. Il a composé en yiddish quantité de nouvelles, des pièces de théâtres et même des contes pour enfants avant de mourir il y a de cela 100 ans le 13 mai 1916 à New York à l’âge de 57 ans. En 1964, Broadway reprendra un de ses personnages en comédie musicale pour composer le fameux Ah, si j’étais riche. Il y a aussi Isaac Babel, auteur de nouvelles qui sont autant de bijoux et qui compose les savoureux intertitres du film. Nommons aussi le réalisateur Granowsky qui a d’abord travaillé au théâtre avec Meyerhold au sein du Kammerthéâtre juif. Sans oublier l’acteur principal Solomon Mikhoels formé lui aussi au théâtre et qui présidera le comité antifasciste juif dans les années 30. Tout ceci n’est pas le moins du monde un hasard. Ce film est réalisé comme une utopie, il nous apparaît aujourd’hui comme un témoignage précieux. Le Bonheur Juif est l’utopie d’une communauté juive qui parviendrait à perdurer en Russie. Si le scénario s’inspire d’un personnage de Cholem Aleikheim, le film n’oublie pas que celui-ci a choisi de s’exiler en Amérique dès 1905 pour fuir les pogroms; les pogroms étant fréquents en Russie, pays où est né Le Protocole des Sages de Sion. Par un tour de magie symbolique de l’humour juif, quand le personnage principal rêve un instant d’embarquer lui aussi, c’est pourtant pour aller sauver l’Amérique et finalement tomber du bateau. Granowsky choisira plus tard de fuir la Russie pour la France. Quant à Babel et Mikhoels, leurs sorts tragiques démontrent encore plus combien cette utopie fut passagère.

Tamara Adelgeïm

Tamara Adelgeïm

Reste donc ce film comme un témoignage. Il est fait de saynètes où les acteurs composent plus pour des spectateurs que pour la caméra et qui sont assemblées sans trop de cohérence. Pourtant Mikhoels comme les autres possède un sens de la pantomime qui donne à tout cela une forme d’élégance. A l’époque la projection du film était accompagnée par un pianiste qui lui offrait un caractère enjoué. Les femmes n’ont, il faut l’avouer, qu’assez peu de place. Cette scène de rêve semble même plus se jouer d’elles en les chargeant comme de simples marchandises sur le navire. Tamara Adelgeïm semble presque en partie les venger en jouant un tour pendable à ses parents qui veulent la marier contre son gré.

Ce mariage a d’ailleurs une valeur qu’on peut bien qualifier de documentaire. Un témoignage sur un monde où les pauvres Menahem semblent moins rêver de lutte de classes que d’une toute aussi inaccessible ascension sociale.

Buster Keaton

Le sosie de Buster Keaton

A la fin du film Menahem Mendel semble comme s’en aller vers de nouvelles aventures. Nous savons bien maintenant que celle-ci n’eut pas de suite. Le Bonheur Juif fit partie, avec des films comme le féministe Le Village du péché d’Olga Preobrajanskaïa en 1927, l’ïlot poétique Au bord de la mer bleu de Boris Barnett en 1936 ou l’expérimental Le Bonheur de Medvekine en 1935 de ces quelques oeuvres qui, par tolérance ou distraction de la censure, laissèrent croire que le cinéma pouvait être en Russie un espace fugitif de liberté. Pourtant, à bien y regarder, on pourrait presque apercevoir le passage de Buster Keaton et réaliser alors que ce cinéma du burlesque, héritier de la scène, ce personnage qui croit cacher sa misère avec chapeau melon et costume a presque à voir avec celui que composera plus tard Chaplin de l’autre côté de l’Atlantique. Il faut un peu de ruse peut être. Ou simplement croire que les utopies, à leur façon, se réalisent.

Le film existe en version musicale dans le DVD proposé par Bach Film, qui possède une très recommandable collection Chefs d’oeuvre du cinéma russe.

Jean-Philippe Guedas

Ouvrier. Croit aux vertus du café, du cinéma et de la littérature. Russophile autodidacte.


Jean-Philippe Guedas on Twitter

1 Comment

  • Le village du péché, le féminisme au cinéma - Hajde:

    […] Le village du péché, c’est tout d’abord la splendeur des images pastels de nature et d’animaux qui ouvrent le film. Ce sont encore les magnifiques costumes traditionnels des personnages féminins et ces lavandières avec leurs draps immenses. Parce qu’il est tout simplement ancré dans son époque, son tournage a duré 2 ans de 1926 à 1927 pour saisir le rythme des saisons, ce film parvient à en offrir un témoignage naturaliste, comme le faisait à sa façon Un Bonheur juif. […]

Laisser un commentaire

L’esprit Hajde

Les Balkans, l'Europe de l'Est et l'Europe centrale ?
Un art de vivre pour certains, une escapade pour d'autres, une illusion pour beaucoup mais surtout une passion pour nous tous.

Une passion bâtie sur des lectures, des films, des voyages, quelques liqueurs, plats, regards et baisers partagés avec des autochtones.

A travers nos écrits, notre but est simplement de mettre en lumière ces peuples, des cultures et des pays proches mais finalement méconnus.

On espère que le voyage vous plaira et si vous avez envie de faire partie de l'aventure Hajde, faites-nous signe !

Mentions légales

The Hajde spirit

Balkans, Eastern Europe, Central Europe?
A way of life for some, a short journey for other, just an illusion for many, but a passion for us, overall!

Our passion is built on readings, films, travels, a few spirits, meals, glances and kisses shared with the natives.

Throughout or writings, our goal, simply put, is to bring to light people, cultures and countries close to us, but unknown or misunderstood.

We wish you a pleasant journey. Want to join the Hajde family? You are welcome! Don't hesitate to: contact us !

Back to Top
%d blogueurs aiment cette page :