Le son de la semaine #13: Cristian Paturca – Imnul Golanilor

By: Tristan Trasca

Direction la Roumanie cette semaine pour découvrir un chant révolutionnaire.

1990. En quelques mois, la Roumanie a dit adieu à quatre décennies de dictature communiste, regardé éberluée la mort en direct du couple Ceaucescu et se demande ce qu’augure le futur. Les élections de mai 1990 doivent permettre de placer le pays sur de nouveaux rails, loin du système précédent et de ses acteurs tous encartés au parti communiste.

La rue est le réceptacle de la contestation populaire qui fait savoir qu’elle veut que tout membre du parti communiste soit banni de fonctions publiques pendant une période de 10 ans. Cette contestation, menée par des étudiants, des employés, des intellectuels entre autres fut rapidement prise d’assaut par les mineurs de diverses régions de Roumanie, voulant porter un message anti-communiste mais ayant également leurs propres revendications. Les manifestations deviennent rapidement violentes, ce qui fait dire au président intérimaire Ion Iliescu que les manifestants sont des « golan », des vauriens.

Les rassemblements populaires s’intensifient, notamment autour de la date des élections en mai 1990. A ce moment, le chanteur Cristian Paturca, âgé de 25 ans à l’époque, écrit quelques chansons sur les manifestations, notamment Nu plecam acasa (nous ne rentrerons pas à la maison) et bien entendu Imnul golanilor (l’hymne des vauriens). Dès les premiers jours, cette chanson forte devient l’hymne de la contestation et la foule la scande aussi bien à Bucarest que dans des villes de province. Le refrain dit à peu près:

Mieux vaut être clochard
Que traître
Mieux vaut être hooligan
Que dictateur
Mieux vaut être voyou
Qu’activiste (ancien membre de la police politique)
Mieux vaut être mort
Que communiste.

Bien que le temps passe, le succès de cette chanson ne s’est jamais démenti en Roumanie. En 2015, lors de nouvelles manifestations à Bucarest, la nouvelle génération a repris en coeur ce chant révolutionnaire. Cristian Paturca n’a pu voir cela puisqu’il est mort en 2011 mais son empreinte est toujours là au coeur de Bucarest puisqu’un monument avec une photo et les paroles du refrain de l’Imnul Golanilor trône près de la Piata Universitatii à Bucarest, où les manifestations de 1990 ont connu leur apogée.

Tristan Trasca

Jamais aussi à l’aise que dans un bus ou un train. De Prishtina à Riga.


Tristan Trasca on Twitter

Laisser un commentaire

L’esprit Hajde

Les Balkans, l'Europe de l'Est et l'Europe centrale ?
Un art de vivre pour certains, une escapade pour d'autres, une illusion pour beaucoup mais surtout une passion pour nous tous.

Une passion bâtie sur des lectures, des films, des voyages, quelques liqueurs, plats, regards et baisers partagés avec des autochtones.

A travers nos écrits, notre but est simplement de mettre en lumière ces peuples, des cultures et des pays proches mais finalement méconnus.

On espère que le voyage vous plaira et si vous avez envie de faire partie de l'aventure Hajde, faites-nous signe !

Mentions légales

The Hajde spirit

Balkans, Eastern Europe, Central Europe?
A way of life for some, a short journey for other, just an illusion for many, but a passion for us, overall!

Our passion is built on readings, films, travels, a few spirits, meals, glances and kisses shared with the natives.

Throughout or writings, our goal, simply put, is to bring to light people, cultures and countries close to us, but unknown or misunderstood.

We wish you a pleasant journey. Want to join the Hajde family? You are welcome! Don't hesitate to: contact us !

Back to Top
%d blogueurs aiment cette page :