Le son de la semaine #11 : Muharrem Ahmeti – Goni & Endri Kalaja

By: Elsa Pichon

Mais au fait, qu’est ce qu’on écoute en Albanie ?

Je pourrais vous parler d’Elina Duni ou de Hafna Zyberi (ce que je ferai probablement dans les prochains sons de la semaine) mais ce serait vous parler de ce qu’écoutent 1% des Albanais. Ce qu’on écoute en Albanie, qu’on le veuille ou non, c’est la Tallava. Si une moitié de la population écoute de la Tallava, l’autre moitié de l’Albanie déteste ce genre musical.

Mais qu’est ce que la Tallava. Ce style musical, né dans les années 90, est originaire du Kosovo et provient de la communauté Rrom. Le nom Tallava dérive du Romani tel o vas, qui veut dire « sous la main », fait référence aux mouvements de mains délicats que l’on pratique lorsque l’on danse sur de la Tallava. Popularisé au Kosovo, ce genre musical se serait propagé en Albanie au cours de la guerre du Kosovo, lorsque de nombreux Kosovars se sont exilés en Albanie, amenant avec eux leur musique. Cette pop aux influences orientales trouve ses parallèles dans tous les Balkans, comme le turbo-folk en Serbie, le Manele en Roumanie, ou encore le Chalga en Bulgarie.

Que reproche t-on au Tallava ? Mise à part le fait d’être absolument partout en Albanie, des mini-bus aux épiceries en passant par le cabinet du dentiste, c’est surtout les paroles niaises qui agacent et les mélodies assez simplistes mêlant souvent rythmes électroniques et instruments traditionnels. Mais soyons honnêtes la soupe commerciale internationale actuelle n’est pas forcément mieux niveau paroles et mélodies. Et même si votre cerveau et votre cœur se refusent à aimer la Tallava, il est presque impossible que votre corps résiste à sa mélodie entraînante!

Tout ce qui a été énuméré ci-dessus se retrouve dans le morceau Kompleksi Kalaja de Muharrem Ahmeti, chanteur de Tallava albanais. La chanson a été écrite pour un restaurant bar nommé Kompleksi Kalaja tenu par ses amis, le niveau des paroles ne vole en effet pas très haut, mais je vous mets au défi de rester de marbre en écoutant son rythme irrésistible !

Elsa Pichon

Je hante les ruines de Butrint l’été. En fourgon, en bus, ou à pieds sur les routes d’Albanie, pour faire découvrir le pays et son histoire en français pour les curieux.


Elsa Pichon on Twitter

2 Comments

  • Bardamu:

    Le problème du tallava, c’est son origine, les roms, et de plus cette musique est assimilé au monde de la nuit et des femmes, ca peut aussi expliquer le rejet de certaine personne pour ce son

  • Elsa Pichon
    Elsa Pichon:

    A tort car rejeter cela c’est rejeter toute la partie multiculturelle et conviviale des Balkans

Laisser un commentaire

L’esprit Hajde

Les Balkans, l'Europe de l'Est et l'Europe centrale ?
Un art de vivre pour certains, une escapade pour d'autres, une illusion pour beaucoup mais surtout une passion pour nous tous.

Une passion bâtie sur des lectures, des films, des voyages, quelques liqueurs, plats, regards et baisers partagés avec des autochtones.

A travers nos écrits, notre but est simplement de mettre en lumière ces peuples, des cultures et des pays proches mais finalement méconnus.

On espère que le voyage vous plaira et si vous avez envie de faire partie de l'aventure Hajde, faites-nous signe !

Mentions légales

The Hajde spirit

Balkans, Eastern Europe, Central Europe?
A way of life for some, a short journey for other, just an illusion for many, but a passion for us, overall!

Our passion is built on readings, films, travels, a few spirits, meals, glances and kisses shared with the natives.

Throughout or writings, our goal, simply put, is to bring to light people, cultures and countries close to us, but unknown or misunderstood.

We wish you a pleasant journey. Want to join the Hajde family? You are welcome! Don't hesitate to: contact us !

Back to Top
%d blogueurs aiment cette page :