Halte… au marché central de Riga

By: Tristan Trasca

Pour rejoindre le marché central depuis le centre-ville de la capitale lettonne, il vous faudra traverser un des passages sous-terrains aux multiples sorties. Laissez vous guider par les innombrables personnes que vous croiserez avec des cabas remplis, ne succombez pas à la tentation des grands centres commerciaux et notamment de l’odieux Stockmann qui vous fera du charme avec son « mois parisien ». Une fois arrivé à proximité du marché, si vous êtes chanceux, vous serez accueillis par deux mouettes. Ces deux mouettes qui, jour après jour, semaine après semaine, prennent la pose pour le plaisir des badauds, enfants ou âgés qui font frénétiquement entrer ces deux animaux dans l’ère du selfie. La docilité des deux oiseaux est surprenante ou peut-être en ont-ils trop vu, trop vécu pour s’envoler au moindre humain qui se rapprocherait dangereusement. Vous êtes arrivés, face à vous des hangars colossaux et des milliers de personnes. Bienvenue au marché central de Riga.

12915012_1099738810082414_1086368597_o

Avant d’entrer dans ces entrepôts, vous trouverez tout d’abord quelques exposants dehors. Par les froides journées hivernales, vous plaindrez certainement ces femmes et hommes emmitouflés dans diverses épaisseurs d’habits. Généralement, c’est là que vous achèterez du jus d’érable ou de bouleau, vendus dans des bouteilles en plastique. Mais bien vite, le froid ambiant vous poussera à visiter le premier entrepôt, celui sur votre gauche. Celui dédié aux viandes. Tout de suite, vous serez marqué par les deux couleurs qui vous happeront : le blanc et le rouge. Le blanc du sol et des carrelages, le rouge de la viande. Les équipes sont bien organisées, les femmes vendent, les hommes s’occupent de la barbaque. Il est ainsi assez commun d’entendre les coups secs des hachoirs vous encercler. A éviter quand vous avez regardé un film d’épouvante la veille. Dans cet univers, il y a deux mondes: celui des exploitants lambdas, ceux qui proviennent de diverses régions et villes si l’on en croit leurs registres fiscaux affichés et celui de Janis Sauka. Là, nous avons affaire au patron. Une sorte de Bigard à la sauce lettonne, l’enseigne possède les deux meilleurs emplacements (près de l’entrée) et avec lui pas de place pour l’approximation: le logo est travaillé, les couleurs de l’enseigne mises à l’honneur et les vendeurs habillés à la mode « Janis Sauka ». Une fois que vous aurez acheté votre viande, vous pourrez regagner l’extérieur pour vous diriger vers l’autre bâtiment. Un immense paquebot qui vous fait prendre conscience de la grandeur du marché central de Riga.

Le site Internet du centrāltirgus (marché central en VO) annonce entre 80 et 100 000 clients par jour et vous le croirez sans souci quand il s’agira de commencer à se faufiler entre les cabas, les familles, les touristes et les photographes. Car le marché central n’est pas seulement le lieu de vie indispensable aux habitants de Riga pour s’approvisionner, il est aussi une étape incontournable pour les badauds en week-end à Riga, inclus au patrimoine mondial de l’Unesco en 1998. Vous y entendrez ainsi parler letton, russe, anglais voire allemand ou français si Ryanair a fait le plein le vendredi soir. Le premier pavillon est dédié aux produits laitiers, le second est un amas de tout et de rien, le troisième fait honneur aux fruits et légumes avant que les poissons prennent les rênes.

12921862_1099738806749081_416339361_o

Bien entendu, les acteurs principaux de cette grande comédie restent les vendeurs, surtout vendeuses d’ailleurs. Femmes d’âge mûr pour la plupart, elles n’essayent pas de vous charmer ou de vous héler mais se contentent de servir ceux qui viennent à elles. La loi du nombre sans doute. Elles se laissent aussi prendre en photo avec le naturel des plus grandes vedettes. Le marché central est le royaume de ceux qui cherchent à « faire du portrait ». Pour trois cabas croisés, vous trouverez aisément un appareil photo. Il faut dire que quand vous allez au marché central de Riga, vous êtes sûrs de croiser des tronches. Des visages et des démarches qui démontrent un vécu certain. Des personnages qu’on croise peu dans le centre-ville de Riga, qui semblent sortir de leurs tanières uniquement pour parfaire le décor des allées du marché.

Au marché central de Riga, vous pourrez absolument tout trouver: du cornichon aux tailles extravagantes (la ville s’y connaît en produit dopant, le désormais célèbre Meldonium est produit à Riga) à l’icône religieuse, en passant par les sacs à dos, les ustensiles de cuisine en bois, le caviar, des souvenirs, le miel ou encore les grilles de Sudoku. Peu importe à quoi vous pensez, il y a peu de chances que vous ne le trouviez pas dans les milliers de mètres carrés envahis par les exposants et leurs marchandises.

12887515_1099738816749080_1446744225_o

Bien entendu, le pavillon dédié aux fruits et légumes est le plus couru des photographes pour la qualité des couleurs et l’ambiance certaine qui s’en dégage. Si vous cherchez un peu, vous trouverez même un stand qui vend des spécialités espagnoles: jamon, fromages et vins entre autres. Pour cheminer des fruits aux poissons, vous passerez devant la boulangerie ouzbek. En face, un ancien vend ses loupes de tailles diverses. Prenez le temps d’acheter un pain à l’oignon, vous ne le regretterez pas. Et vient enfin le royaume des poissons. Le moment où votre lecteur mp3 passe sur Boby Lapointe en principe.

12910797_1099738790082416_203984710_n

C’est sans doute à cet instant alors que vous pourrez déguster une alus (bière en VO) dans un des nombreux bars du marché, tout en contemplant les multiples poissons allongés docilement et le caviar qui vous fera de l’oeil que vous prendrez enfin conscience de l’immensité de l’espace. Il faut dire que ces bâtiments, terminés dans les années 1930, étaient à l’origine dédiés aux zeppelins allemands, ces impressionnants dirigeables. De fait, la hauteur des bâtiments est majestueuse et permet à chacun de profiter de l’expérience malgré les milliers de personnes présentes à chaque instant.

Que ce soit pour y acheter ou simplement pour découvrir un trait de caractère de Riga, le passage par le marché central de Riga semble incontournable. Vous y apercevrez la vie savamment orchestrée d’un des plus grands marchés européens, pourrez déguster quelques spécialités locales et surtout vous y vivrez une once du quotidien des gens de Riga, ceux qu’on ne trouve pas forcément dans la vieille ville.

Tristan Trasca
Jamais aussi à l'aise que dans un bus ou un train. De Prishtina à Riga.
Tristan Trasca on Twitter

Laisser un commentaire

L’esprit Hajde

Les Balkans, l'Europe de l'Est et l'Europe centrale ?
Un art de vivre pour certains, une escapade pour d'autres, une illusion pour beaucoup mais surtout une passion pour nous tous.

Une passion bâtie sur des lectures, des films, des voyages, quelques liqueurs, plats, regards et baisers partagés avec des autochtones.

A travers nos écrits, notre but est simplement de mettre en lumière ces peuples, des cultures et des pays proches mais finalement méconnus.

On espère que le voyage vous plaira et si vous avez envie de faire partie de l'aventure Hajde, faites-nous signe !

The Hajde spirit

Balkans, Eastern Europe, Central Europe?
A way of life for some, a short journey for other, just an illusion for many, but a passion for us, overall!

Our passion is built on readings, films, travels, a few spirits, meals, glances and kisses shared with the natives.

Throughout or writings, our goal, simply put, is to bring to light people, cultures and countries close to us, but unknown or misunderstood.

We wish you a pleasant journey. Want to join the Hajde family? You are welcome! Don't hesitate to: contact us !

La crème de la crème

Back to Top