Pierre le Grand, les barbes et la vodka: les facéties du premier Empereur russe

By: Tristan Trasca

Piotr Alekseïevitch Romanov, dit Pierre le Grand, est au sens propre un personnage historique. Que vous ayez ou non un certain intérêt pour l’histoire de la Russie, il est peu probable que vous n’ayez jamais entendu ce nom auparavant. Du haut de ses deux cents trois centimètres, Piotr Ier fut à la fois l’homme qui fit de la Russie un empire, celui qui modernisa ce pays à travers de nombreuses réformes et un grand bâtisseur à l’image de son joyau Saint-Pétersbourg. Mais aussi et surtout (enfin pour cet article) un homme qui prit un plaisir certain à prendre quelques décisions historiques concernant la vodka et les barbes.

La Coupe du Grand Aigle et la médaille de 6,8 kilos pour les ivrognes

Les historiens racontent que Pierre le Grand était lui-même un sérieux client quand il s’agissait de partager un verre de vodka, voire plusieurs. Bien entendu, sa stature extraordinaire (surtout pour l’époque) était un atout indéniable. Pierre le Grand fit de la vodka un instrument de diplomatie tout d’abord. La légende veut que les dignitaires étrangers venus rencontrer Pierre le Grand devaient se soumettre dans un premier temps au rituel de la « Coupe du Grand Aigle », un calice d’une contenance d’un litre et demi rempli de vodka. L’histoire veut que les diplomates étrangers se déplaçaient donc en duo pour qu’au moins un des deux soit en état pour mener la discussion avec l’empereur russe après cet apéritif corsé.

charkas

Charka de Pierre le Grand, utilisée pour boire de la vodka. Musée Historique de Moscou.

Mais Pierre Ier n’était pas du genre à faire boire ses hôtes sans lui même participer. Il est ainsi commun à Saint-Pétersbourg qu’un guide vous faisant découvrir la ville vous racontera comment Pierre le Grand lui-même a pu ingurgiter un litre et demi de vodka en vidant d’un trait la Coupe du Grand Aigle !

L’empereur créa aussi des sanctions liées à la vodka, ainsi un invité arrivant en retard devait avaler un verre de vodka (voire une bonne partie du calice susmentionné pour les réceptions impériales). Mais Pierre le Grand était aussi un homme qui voulait que le peuple russe apprenne les bonnes manières, celles qu’il avait perçu en Europe de l’Ouest lors de ses nombreux voyages. Ainsi, il montrait peu d’indulgence pour l’ivrognerie en place publique, les soulards devant se coltiner dès 1714 une médaille de 6,8 kilos de fonte pendue à leur cou en cas d’interpellation en état d’ébriété.

L’impôt sur la barbe

La croisade de Pierre le Grand contre le port de la barbe rentre aussi dans cette logique de modernisation de l’homme russe, amené à évoluer pour suivre le modèle esthétique en vogue en Europe de l’Ouest. Lors d’une réception en son honneur en 1698, Pierre Ier s’arme ainsi d’un rasoir comme le relate Robert K. Massie dans sa biographie de l’empereur: « Après être passé parmi ses amis et les avoir embrassé, il a commencé à leur raser la barbe. »

Bien vite, Pierre fit de ce coup d’éclat d’un soir une règle pour tous les pans de la société. Seuls les hommes d’église furent exemptés de cette nouvelle mode à suivre. Les forces de l’ordre reçurent pour ordre de raser tout homme se promenant avec une barbe. Mais certains protestèrent et vint l’idée de l’impôt sur la barbe. Ainsi chaque homme pouvait conserver sa barbe, à condition de s’acquitter d’une taxe. Ces derniers se voyaient remettre une pièce avec l’inscription « taxe payée » pour pouvoir parader en ville en toute tranquillité la barbe au frais.

1546_669fb9cf

La pièce permettant de se promener libre et barbu

Cet impôt resta en place quasiment 50 ans après la mort de Pierre le Grand et l’homme russe devint lui aussi imberbe. Du moins dans ses hautes sphères comme le rappellent les photos des derniers présidents russes et dirigeants de l’URSS. Mais heureusement la vodka est restée et demeure un pilier de l’art de vivre russe. Alors za vashe zdorovie.

Tristan Trasca

Jamais aussi à l’aise que dans un bus ou un train. De Prishtina à Riga.


Tristan Trasca on Twitter

Laisser un commentaire

L’esprit Hajde

Les Balkans, l'Europe de l'Est et l'Europe centrale ?
Un art de vivre pour certains, une escapade pour d'autres, une illusion pour beaucoup mais surtout une passion pour nous tous.

Une passion bâtie sur des lectures, des films, des voyages, quelques liqueurs, plats, regards et baisers partagés avec des autochtones.

A travers nos écrits, notre but est simplement de mettre en lumière ces peuples, des cultures et des pays proches mais finalement méconnus.

On espère que le voyage vous plaira et si vous avez envie de faire partie de l'aventure Hajde, faites-nous signe !

Mentions légales

The Hajde spirit

Balkans, Eastern Europe, Central Europe?
A way of life for some, a short journey for other, just an illusion for many, but a passion for us, overall!

Our passion is built on readings, films, travels, a few spirits, meals, glances and kisses shared with the natives.

Throughout or writings, our goal, simply put, is to bring to light people, cultures and countries close to us, but unknown or misunderstood.

We wish you a pleasant journey. Want to join the Hajde family? You are welcome! Don't hesitate to: contact us !

Back to Top
%d blogueurs aiment cette page :