Albanie : Bienvenue à Bunkerland

By: Elsa Pichon

Du sommet des montagnes aux bords de mer, à demi enterrés en groupe le long des frontières ou même au milieu des cours d’écoles dans les villes, il n’y a pas un endroit qui est épargné par les bunkers en Albanie. Ils seraient environ 700 000 sur tout le territoire, construits dans les 30 dernières années du communisme. Présentation avec les cicatrices laissées par la paranoïa d’un dictateur.

Bunker QZ Pogradec

Bunker QZ Pogradec

La bunkerisation du territoire a lieu au moment où l’Albanie se coupe du reste du monde. Après avoir rompu ses relations avec l’URSS en 1961 au moment des réformes de Nikita Khrouchtchev et s’être retirée du pacte de Varsovie, l’Albanie mit fin aux relations sino-albanaises après la visite de Nixon en 1972 en Chine. Le pays plongea dans un isolement économique et diplomatique, se fermant ainsi virtuellement au monde extérieur. Ce furent les années les plus dures du régime communiste, avec l’interdiction des cultes religieux, de nombreuses purges et répressions, le rationnement et la mise en place d’une nouvelle constitution qui renforce le pouvoir d’Enver Hoxha.

A cette époque, le dictateur, ayant perdu ses alliés, se sent de plus en plus menacé par ses voisins directs notamment, la Yougoslavie dont il accuse Tito de vouloir phagocyter l’Albanie pour en faire le septième pays de la République fédérative de Yougoslavie mais également la Grèce qui depuis l’indépendance de l’Albanie réclame les territoires du sud de l’Albanie, comme faisant partie de l’Epire du Nord. A cela, s’ajoute l’ennemi de toujours, l’Ouest avec en particulier l’OTAN, qui dans le contexte de guerre froide apparait aux yeux d’Hoxha comme une puissante menace.

Bunker Qender Zjarri

Bunker Qender Zjarri

Construits entre 1967 et 1991, les 700 000 bunkers couvrent la totalité du territoire en suivant un schéma de défense particulier. Autour des points stratégiques, bords de mer, frontières, ou autour de la capitale qui abritait les institutions, trois petits bunkers « les dômes » étaient bâtis à faible distance les uns des autres et reliés entre eux par un souterrain. Disposés ainsi en cercle, ils formaient une véritable barrière. Ces petits bunkers, appelés les QZ « Qender Zjarri » (position de tir) étaient constitués d’un dôme en béton de 3m de diamètre percé d’une fente de tir qui s’appuyait sur un cylindre creux. D’abord préfabriqués, ils étaient assemblés à leur position finale. Ces bunkers pouvant accueillir deux personnes sont les plus courants en Albanie.

Bunker pour les tanks à Xibrake

Bunker pour les tanks à Xibrake

De plus grandes casemates de « commande » étaient réparties sur le territoire de manière à contrôler une zone protégée par plusieurs QZ. Ces bunkers nommés PZ « Pikë Zjarri » (point de tir) étaient constitués de plusieurs tranches de bétons qui, une fois associées les unes aux autres, formaient un dôme de 8m de diamètre. Enfin de véritables labyrinthes de plusieurs kilomètres abritaient des gigantesques complexes souterrains comme celui au nord de Tirana, réservé pour la Nomenklatura, le gouvernement et la police secrète. Cette superstructure de plus de 2 km possède entre autre les appartements et bureaux antiatomiques d’Enver Hoxha (plus luxueux que la plupart des maisons de l’époque) des salles de réunions et de projection, un bar café. D’autres structures « de fonction » servaient à abriter des tanks ou des navires.

Entrée de l'abri antiatomique réservé au gouvernement à Tirana

Entrée de l’abri antiatomique réservé au gouvernement à Tirana

Bunker 1944 l'un des bars au mobilier de l'époque communiste du quartier hype de Tirana

Bunker 1944 l’un des bars au mobilier de l’époque communiste du quartier hype de Tirana

Avec une population hautement militarisée, le régime s’assurait que chaque famille s’occupait de l’entretien du bunker qui leur était attribué. Les hommes comme les femmes et les enfants recevaient régulièrement des entrainements à la défense du territoire. Ainsi en cultivant la peur d’une attaque étrangère imminente, la dictature maintenait son système de protection.

Les cendriers bunkers qui parsèment les magasins de souvenirs du Pays

Les cendriers bunkers qui parsèment les magasins de souvenirs du Pays

A l’époque où la majeure partie de la population albanaise souffrait des pénuries et du rationnement strict des denrées alimentaires, le coût colossal de la mise en place de ces infrastructures semble complétement démesuré comparé aux ressources du pays. Reflétant la paranoïa d’un homme, ces bunkers qui n’ont jamais servi se sont transformés en terrain de jeu des enfants, des graffeurs et artistes. Marquant le paysage, ils sont devenus peu à peu un des symboles de l’Albanie inspirant les cendriers-bunkers des magasins de souvenirs et les bars trendy du quartier hype de Tirana (de quoi faire se retourner Enver Hoxha dans sa tombe).

Elsa Pichon

Je hante les ruines de Butrint l’été. En fourgon, en bus, ou à pieds sur les routes d’Albanie, pour faire découvrir le pays et son histoire en français pour les curieux.


Elsa Pichon on Twitter

1 Comment

  • Bunk'Art : le bunker secret d'Enver Hoxha - Hajde:

    […] dans le plus grand secret entre 1972 et 1978, cette méga structure faisait partie du programme de « bunkerisation » du pays, qui vit l’édification de plus de 700 000 bunkers entre 1967 et 1985. La radicalisation du […]

Laisser un commentaire

L’esprit Hajde

Les Balkans, l'Europe de l'Est et l'Europe centrale ?
Un art de vivre pour certains, une escapade pour d'autres, une illusion pour beaucoup mais surtout une passion pour nous tous.

Une passion bâtie sur des lectures, des films, des voyages, quelques liqueurs, plats, regards et baisers partagés avec des autochtones.

A travers nos écrits, notre but est simplement de mettre en lumière ces peuples, des cultures et des pays proches mais finalement méconnus.

On espère que le voyage vous plaira et si vous avez envie de faire partie de l'aventure Hajde, faites-nous signe !

Mentions légales

The Hajde spirit

Balkans, Eastern Europe, Central Europe?
A way of life for some, a short journey for other, just an illusion for many, but a passion for us, overall!

Our passion is built on readings, films, travels, a few spirits, meals, glances and kisses shared with the natives.

Throughout or writings, our goal, simply put, is to bring to light people, cultures and countries close to us, but unknown or misunderstood.

We wish you a pleasant journey. Want to join the Hajde family? You are welcome! Don't hesitate to: contact us !

Back to Top
%d blogueurs aiment cette page :