Streha et la situation complexe des LGBT en Albanie

By: Elsa Pichon

Un peu plus de 20 ans après la dépénalisation de l’homosexualité, la situation des personnes Lesbiennes, Gays, Bisexuelles, et Transgenres (LGBT) reste assez difficile en Albanie. Cependant les activistes, épaulés par des ONG internationales et des ambassades étrangères, ne cessent de développer des projets pour la reconnaissance et les droits des LGBT. Il y a un an, Streha, centre d’accueil pour les jeunes LGBT, voyait le jour à Tirana. Il est le premier dans son genre en Albanie mais également dans tous les Balkans.

Qu’est-ce que Streha exactement ?

Logo Streha. ©Streha Albania

Logo Streha. ©Streha Albania

Streha, ‘le refuge’ en albanais, centre social fondé en 2014 par l’Alliance contre les Discriminations LGBT et Pro LGBT Albania gérés respectivement par Xheni Karaj et Kristi Prinderi, permet d’accueillir 8 jeunes LGBT entre 18 et 25 ans, pour une période de 6 mois, renouvelable si nécessaire. Fraichement reconnue comme structure sociale de l’Etat, Streha offre un toit et un soutien aux jeunes LGBT victimes de violences domestiques (physique et psychologique) ou chassés de leur domicile en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre.

Comment cela fonctionne ? Les jeunes qui ont besoin d’aide peuvent faire une demande via les centres LGBT de leur ville ou directement en ligne sur le site de Streha. Après un premier entretien, selon les critères, l’équipe de professionnels définit quel type de prise en charge est nécessaire. En effet, en plus d’être un centre d’accueil, Streha propose un suivi psychologique et social, mais également des formations professionnelles et personnelles afin de permettre aux jeunes LGBT de retrouver une stabilité et une indépendance pour mieux s’intégrer dans la société.

Le centre social LGBT Streha à Tirana. ©Streha Albania.

Le centre social LGBT Streha à Tirana. ©Streha Albania.

Structure essentielle qui permet une alternative au système social classique, Streha se veut pourtant être « la dernière solution » qui puisse être trouvée pour aider les jeunes LGBT. Massivement sollicité surtout par les jeunes provinciaux d’Albanie, mais également par les Albanais du Kosovo et de la Macédoine, le refuge s’appuie sur la collaboration avec les associations LGBT et les organisations de droits civils afin de proposer une aide aux demandeurs.

La non-reconnaissance des LGBT

Considéré comme un crime passible de 10 ans d’emprisonnement sous le communisme, l’homosexualité ne fut dépénalisée qu’en 1995 et l’Albanie se dota en 2013 d’une loi très avancée en matière de protection des droits des personnes LGBT. Cependant, le pays reste considéré comme l’un des plus homophobes d’Europe. D’où provient cette contradiction ? Des dysfonctionnements du système juridique albanais mais également de la non reconnaissance des droits civils des homosexuels et transgenres. Bien que les lois existent, les victimes n’osent pas porter plainte. Pourquoi ?

Inauguration de Streha en décembre 2014, avec le ministre de la santé et de la jeunesse et l'ambassadeur britannique de l'époque. ©Streha Albania

Inauguration de Streha en décembre 2014, avec le ministre de la santé et de la jeunesse et l’ambassadeur britannique de l’époque. ©Streha Albania

D’abord par peur d’être jugé, surtout dans les petites villes ou les villages, par les instances de l’état mais aussi à cause d’une méfiance totale face aux institutions juridiques. Dans un pays où les affaires de corruptions juridiques parsèment quotidiennement la presse, les victimes découragées pensent que leur plainte ne sera pas traitée ou n’aboutira jamais. A cet aspect s’ajoute l’absence d’engagement de l’état pour la reconnaissance des droits civils LGBT. Les gouvernements qu’ils soient socialiste ou démocrate sont trop frileux pour affirmer leur soutien à la communauté et engager de véritables réformes sociales (oubliant que les LGBT sont aussi un électorat), laissant ainsi un vide autour de l’homosexualité et alimentant les tabous qui l’entourent.

C’est dans ce contexte compliqué qu’intervient Streha, palliant ainsi les lacunes du système juridique et social et s’insérant dans un vaste projet mené par les activistes qui, via des moyens éducatifs, artistiques ou sociaux, permettent de lutter contre les discriminations et de faire avancer la cause LGBT en Albanie.

** Merci à M. Cela pour sa collaboration. 

Elsa Pichon

Je hante les ruines de Butrint l’été. En fourgon, en bus, ou à pieds sur les routes d’Albanie, pour faire découvrir le pays et son histoire en français pour les curieux.


Elsa Pichon on Twitter

0 Comments

Laisser un commentaire

L’esprit Hajde

Les Balkans, l'Europe de l'Est et l'Europe centrale ?
Un art de vivre pour certains, une escapade pour d'autres, une illusion pour beaucoup mais surtout une passion pour nous tous.

Une passion bâtie sur des lectures, des films, des voyages, quelques liqueurs, plats, regards et baisers partagés avec des autochtones.

A travers nos écrits, notre but est simplement de mettre en lumière ces peuples, des cultures et des pays proches mais finalement méconnus.

On espère que le voyage vous plaira et si vous avez envie de faire partie de l'aventure Hajde, faites-nous signe !

Mentions légales

The Hajde spirit

Balkans, Eastern Europe, Central Europe?
A way of life for some, a short journey for other, just an illusion for many, but a passion for us, overall!

Our passion is built on readings, films, travels, a few spirits, meals, glances and kisses shared with the natives.

Throughout or writings, our goal, simply put, is to bring to light people, cultures and countries close to us, but unknown or misunderstood.

We wish you a pleasant journey. Want to join the Hajde family? You are welcome! Don't hesitate to: contact us !

Back to Top
%d blogueurs aiment cette page :