Albanie : Les tombes hellénistiques de Selca

By: Elsa Pichon

Uniques en Albanie et probablement dans les Balkans, les tombes de Selca ont été bâties au IIIe siècle av. J-C lorsque la zone était l’épicentre du Royaume Illyrien. Trésor archéologique, le site est pourtant laissé à l’abandon par les pouvoirs publics et se dégrade rapidement.

Selca Capitale du Royaume Illyrien ?

crédit: google maps

Localisation des tombes de Selca

Situées dans la région de Mokra, au sud-est de l’Albanie, près de la frontière avec la Macédoine, les tombes de Selca font partie d’un vaste territoire qui fut occupé depuis le Néolithique. Selca, ou anciennement appelée Pelion, tire sa richesse de son emplacement stratégique, qui longe la rivière Shkumbim et qui permettait alors de passer de l’actuelle Albanie à l’actuelle Macédoine. A l’Age du Bronze le site n’était qu’un centre proto-urbain, cependant c’est au cours du IVe siècle av. J-C que Selca devint une véritable cité fortifiée.  Entourée d’une muraille de pierres équarries, elle occupe une superficie de 30 000m². La cité est alors un important centre administratif, dans lequel certains archéologues y voient la capitale du Royaume Illyrien. Lieu de contacts, les échanges commerciaux apportèrent de nouveaux modèles notamment hellénistiques, en témoignent les importations de céramiques de Corinthe retrouvées sur le site. Ce sont ces modèles qui influencèrent la céramique produite localement au IIIe siècle av. J-C mais également la stylistique mise en place pour les tombes monumentales.

Au cours du Ie siècle av. J-C, la construction de la Via Egnatia, reliant Durrës (au Nord-Ouest de l’Albanie) à Byzance et contournant cette zone, entraîna le déclin de la cité Illyrienne.

Les tombes d’une élite Illyrienne ? 

L’entrée de la tombe III

L’entrée de la tombe III

Les cinq tombes ont été érigées entre la fin du IVe siècle et le IIIe siècle av J-C, lors de la période des Rois Illyriens. Situées sous l’acropole de la cité, elles ont été creusées, à l’exception d’une construite, à flanc de montagne dans la roche. Toutes ont fourni des sépultures. Il ne s’agit pas de sépultures individuelles, plusieurs sarcophages ainsi que des urnes cinéraires ont été mises au jour dans chaque tombe. Qui abritaient-elles ? Le mystère reste entier, notamment parce que les tombes ont été vandalisées dès l’Antiquité, mais le traitement particulier de ces individus montre qu’il s’agissait là de personnages notoires. Certains y voient une famille royale ou une dynastie. Les armes très présentes au sein du mobilier funéraire peuvent laisser penser à une élite guerrière, comme on en retrouve à la même époque en Europe occidentale.

Le programme stylistique s’apparente à l’ordre ionique hellénistique.

Hémicycle tombe III

L’hémicycle de la tombe III

Le travail de la pierre permet de supposer que les tombes ont été taillées par une même école stylistique. Les deux tombes centrales II et III qui datent de la deuxième moitié du 3e siècle montrent toute la maîtrise de la taille de la pierre. La tombe II, est surplombée d’un petit hémicycle, ressemblant à un théâtre, avec deux rangées de gradins, qui servait très probablement aux rituels funéraires. Quant à la tombe centrale III, son entrée monumentale flanquée de 8 pilastres ioniques, auxquels se mêle l’iconographie Illyrienne avec un décor de bouclier, renforce l’hypothèse d’une élite guerrière. Le riche mobilier funéraire qui a été découvert, sarcophages, canapés, bijoux en métaux précieux, armes et céramiques d’importations, atteste de l’importance des individus inhumés.

Un des sarcophages retrouvé dans la tombe II

Un des sarcophages retrouvé dans la tombe II

Paradoxalement, ce site majeur qui représente un témoignage essentiel à la compréhension de la culture Illyrienne et de l’histoire ancienne du pays, est totalement abandonné par le gouvernement albanais. L’absence de gros complexes touristiques aux alentours engendre une signalisation du site inexistante sur les axes de communication entre Pogradec et Librazhd. Il ne fait également l’objet d’aucune préservation particulière, à l’exception de « toits » en tôles vertes qui dénaturent le site mais ne l’empêchent pas de se dégrader.  Un conseil donc, si vous venez en Albanie, visitez les tombes de Selca avant qu’il ne soit trop tard !

Elsa Pichon

Je hante les ruines de Butrint l’été. En fourgon, en bus, ou à pieds sur les routes d’Albanie, pour faire découvrir le pays et son histoire en français pour les curieux.


Elsa Pichon on Twitter

Laisser un commentaire

L’esprit Hajde

Les Balkans, l'Europe de l'Est et l'Europe centrale ?
Un art de vivre pour certains, une escapade pour d'autres, une illusion pour beaucoup mais surtout une passion pour nous tous.

Une passion bâtie sur des lectures, des films, des voyages, quelques liqueurs, plats, regards et baisers partagés avec des autochtones.

A travers nos écrits, notre but est simplement de mettre en lumière ces peuples, des cultures et des pays proches mais finalement méconnus.

On espère que le voyage vous plaira et si vous avez envie de faire partie de l'aventure Hajde, faites-nous signe !

Mentions légales

The Hajde spirit

Balkans, Eastern Europe, Central Europe?
A way of life for some, a short journey for other, just an illusion for many, but a passion for us, overall!

Our passion is built on readings, films, travels, a few spirits, meals, glances and kisses shared with the natives.

Throughout or writings, our goal, simply put, is to bring to light people, cultures and countries close to us, but unknown or misunderstood.

We wish you a pleasant journey. Want to join the Hajde family? You are welcome! Don't hesitate to: contact us !

Back to Top
%d blogueurs aiment cette page :